USA | Les restaurants voient les convives revenir, mais ressentent une pénurie de main-d’œuvre

33

Daniel Halpern cherche à embaucher 800 travailleurs, et cela n’a pas été facile.

Halpern est PDG de Jackmont Hospitality, une entreprise de restauration basée à Atlanta qui franchise environ 45 restaurants, y compris TGI Fridays à travers le pays.

Les clients reviennent. Mais Halpern espère que dans les semaines à venir, ses sites seront correctement dotés pour s’assurer que les clients qu’il attendait auront l’expérience qu’ils attendent.

À l’heure actuelle, Jackmont emploie environ 1 200 travailleurs. Avant que la pandémie ne frappe, sa main-d’œuvre était de 2 700 personnes, soit plus du double.

« Pour ceux d’entre nous dans le secteur des services, la dotation en personnel est primordiale pour réussir. Lorsque nous sortons de la crise, nous voulons être en mesure d’ouvrir et d’offrir à nos clients une expérience de qualité », a déclaré Halpern. « Nous essayons constamment de recruter du personnel – c’est le problème numéro un lors de nos appels avec nos directeurs généraux. »

Le salaire moyen dans ses restaurants est d’environ 13 $ de l’heure, avant les pourboires. Il offre également des avantages, mais dit qu’il cherche à inciter les serveurs en leur versant des pourboires quotidiens sur les cartes et en discutant d’avantages supplémentaires tels que les bonus de connexion.

Des mesures de relance supplémentaires via à la fois des paiements directs aux particuliers et des allocations de chômage améliorées sont une arme à double tranchant pour les restaurants. Les consommateurs ont plus d’argent en main et reviennent dîner au restaurant. Mais certains opérateurs comme Halpern estiment que cela incite les travailleurs à rester chez eux. Au-delà de cela, les grands détaillants comme Amazon ont embauché des centaines de milliers de travailleurs au cours de la pandémie, ce qui a probablement un impact sur le bassin de main-d’œuvre du secteur des services.

Tropical Smoothie Cafe voit la pénurie de main-d’œuvre se jouer dans ses près de 1 000 établissements appartenant à l’entreprise et franchisés, qui emploient généralement des jeunes de 16 à 22 ans. Le PDG, Charles Watson, a déclaré que l’embauche était actuellement le plus gros vent contraire de l’entreprise.

« Il y a une pénurie de main-d’oeuvre dans la restauration et dans le secteur des services comme nous n’en avons jamais vu.… Il n’y a tout simplement pas de main-d’oeuvre dans de nombreux marchés où nous avons des cafés – en termes simples, les gens préfèrent rester à la maison et être payé plutôt que d’aller travailler », a-t-il déclaré. « Cela nous crée de gros problèmes en ce qui concerne notre chose la plus importante, à savoir le service client. »

Un panneau Now Hiring est affiché devant un restaurant Taco Bell le 5 février 2021 à Novato, en Californie. (…) Lire la suite sur News 24