Publicitéspot_img
dim 16 mai 2021
12.2 C
Paris
Accueil Restauration

Restaurants clandestins : les dîners presque parfaits du Club TP90

La Fédération nationale des travaux publics offre à ses invités, politiques comme chefs d’entreprise, une restauration haut de gamme, denrée rare par temps de Covid-19.

24

Le coup de gueule a été puissant, comme savent en pousser les grandes toques habituées à donner de la voix en cuisine. Ce lundi 5 avril, invité à réagir dans l’émission « C à vous », sur France 5, en pleine polémique sur l’existence de dîners clandestins, le chef étoilé Michel Sarran ne mâche pas ses mots : « lamentable, scandaleux »« Il faut que les règles soient strictes, insiste-t-il. Je ne suis pas d’accord de voir que des repas se passent dans des instances, dans des ministères ou autres alors que nous sommes fermés, avec de toutes petites structures. » Et le juré star de l’émission « Top Chef », dont le restaurant gastronomique toulousain est clos depuis fin 2020, de réclamer sanctions et amendes pour ceux « qui se sentent au-dessus des lois ».

Mais Michel Sarran porte plusieurs casquettes. Et si le chef se désole de la fermeture de son établissement, il peut se consoler en enfilant son costume d’homme d’affaires. Celui qui lui permet notamment de signer la carte du Club TP90, le « restaurant d’entreprise » – ou plutôt « club de direction » – de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), 1 000 mètres carrés de salons privatifs situés au huitième et dernier étage d’un immeuble cossu des Champs-Elysées, au numéro 90, avec terrasse panoramique et vue imprenable sur la tour Eiffel. Si le chef Sarran s’y montre peu, il peut compter sur le talent d’une équipe de cuisiniers animée par l’un de ses « lieutenants », le chef Frédéric Le Guen-Geffroy, salarié de la société Michel Sarran Conseil, et spécialiste du pâté en croûte.

« Le meilleur restaurant de Paris »

« Saumon fumé laqué d’un sabayon au citron bergamote »« asperges blanches sur un carpaccio de saint-jacques et quenelles de crème citronnée » ou « langoustine panée sur une polenta crémeuse » : depuis le début de l’année, Muriel Pénicaud, l’ancienne ministre du travail (2017-2020), désormais représentante de la France auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques, mais aussi les députés Les Républicains (LR) Damien Abad et Aurélien Pradié, l’ex-parlementaire Laurence Arribagé, ou encore Alice Lefort, la conseillère technique transports auprès du cabinet de la présidence de la République, ont pu savourer cette cuisine raffinée. Sans oublier une liste fournie de chefs d’entreprises du bâtiment ou d’autres secteurs, à l’image de Karine Grossetête, directrice des affaires publiques de la SNCF, qui n’a pas donné suite à nos demandes d’entretien. (…) Lire la suite sur Le Monde (article payant )

Translate »