La start-up Not So Dark abandonne ses dark kitchen et se tourne vers 500 restaurants

La start-up Not So Dark change de modèle économique. Fini les dark kitchens, elle propose aux restaurants existants de réaliser les recettes des marques qu’elle a crée pour compléter les revenus des restaurateurs. 100 établissements en France travaillent déjà avec Not So Dark. Objectif : 500 d’ici fin 2021.

64

« La livraison à domicile génère des profits faramineux. Nous souhaitons que les restaurants traditionnels aient aussi leur part du gâteau », la mission de Not So Dark, mentionnée sur leur site Internet, donne le ton. Dans la bataille entre les spécialistes des dark stores et les commerces traditionnels, la start-up Not So Dark a décidé de se servir des points forts des deux forces en présence. Au départ, la société opérait la livraison de plats à domicile via un réseau de dark kitchen disséminé en France. Aujourd’hui, elle abandonne ces structures et change de modèle économique pour offrir à des restaurants physiques la possibilité d’exploiter ses marques en franchise.

“Doubler le chiffre d’affaires des restaurateurs”

La start-up s’appuie désormais sur des restaurants traditionnels et leur cuisine inoccupée pour proposer son concept de « light franchising ». Le principe : le restaurant qui souhaite devenir franchisé Not So Dark décide des marques qu’il souhaite exploiter, la foodtech en ayant créé une dizaine en fonction de différents types de cuisine (Como Kitchen pour les plats méditerranées, 6 am Fried Chicken pour le poulet frit façon KFC, JFK pour les burgers, Coquillettes oui maman pour des plats régressifs à base de pâtes…) “Avec cette nouvelle direction, NSD ambitionne de devenir le plus grand restaurant virtuel au monde en accompagnant les restaurateurs traditionnels dans leur transition digitale, leur permettant ainsi de doubler leur chiffre d’affaires en quelques semaines dans un contexte actuel qui reste difficile”, avance Clément Benoit, co-fondateur de Not So Dark.

Parier sur des marques virtuelles

Ces mets réalisés sont présents sur les plateformes de livraison à domicile express que sont Deliveroo et Uber Eats et sont donc livrés à domicile chez le consommateur final en moins de 30 minutes. « La technologie que nous développons au service de l’opérationnel permet de prédire la demande et ainsi de réduire les délais de préparation, d’optimiser les coûts de personnel et de limiter les pertes. D’ici la fin de l’année, nous avons pour objectif d’ouvrir 500 restaurants en France. »

A date, une centaine de restaurants travaille déjà pour Not So Dark. Qui souhaite recruter 150 collaborateurs pour soutenir son changement de modèle et son expansion. Côté marketing, la (…) Lire la suite sur LSA