La décoratrice Dorothée Meilichzon réinvente les codes de l’hospitalité

Hôtels, cafés, aéroports… La décoratrice réinvente les codes de l'hospitalité en jonglant avec les couleurs, les motifs géométriques et les savoir-faire artisanaux. Pour des espaces conviviaux connectés à leur histoire.

43

Le jour de notre rendez-vous avec Dorothée Meilichzon, à l’hôtel Grands Boulevards, à Paris, l’heure de la réouverture des terrasses n’a pas encore sonné. Dans la cour, protégée par une grande verrière, le personnel du restaurant s’affaire déjà en vue du jour J. Leur prêtent main-forte les créateurs de l’endroit, le trio fondateur de l’Experimental Group, Olivier Bon, Pierre-Charles Cros et Romée de Goriainoff.

En moins de quinze ans, ces trois épicuriens perfectionnistes ont bâti un petit empire de bars, de restaurants et d’hôtels entre Paris, Londres, Ibiza, Minorque et Venise. Leur force? Avoir su réinventer les codes de l’hospitalité de luxe sur un mode décontracté et contemporain. Un succès qui doit beaucoup au talent de leur architecte d’intérieur attitrée, Dorothée Meilichzon.

Amie de jeunesse de la bande, la décoratrice a signé la plupart des adresses de l’Experimental Group, avec lequel son agence, Chzon, réalise environ la moitié de son chiffre d’affaires. C’est à “l’Expé” qu’elle doit même la découverte de sa vocation. “Au départ, je voulais être designer industriel, après avoir lu à 14 ans La laideur se vend mal, de Raymond Loewy”, explique-t-elle.

Ses études à l’école de design Strate, dont elle sort en 2004, suivies d’une première expérience à l’agence Dragon Rouge, l’orientent vers le packaging. Chez (…) Lire la suite sur Challenges (article visible sous condition de visionnage publicité)