Publicité
mer 28 octobre 2020
11.9 C
Paris
Accueil Monde

Angleterre | Télétravail : à Londres, les hôtels proposent des forfaits à la journée

6

Votre domicile familial est encore moins favorable à la concentration que l’open space d’où la pandémie vous a chassé(e) ? Essayez une chambre d’hôtel !

Télétravailleurs au bord de la crise de nerfs, les hôtels londoniens vous offrent une issue tout confort. C’est notamment le cas des hôtels du groupe Accor, qui ont lancé en août un forfait à la journée intitulé “Hotel Office”, alors que d’autres proposent leurs solutions “Daycation” ou Work from Hotel”.

La journaliste Emma Jacobs, du Financial Times, a choisi quant à elle de tester le forfait “travail à distance” du très chic Stafford Hotel, situé dans le quartier St James, au cœur de la capitale britannique :

Le travail à domicile me rendait de plus en plus irritable et j’étais sujette à des crises de rage à la moindre interruption. Enfin la possibilité de travailler seule dans une pièce calme et confortable! Jadis, on réservait une chambre à la journée (ou à l’heure) afin de vivre discrètement une aventure amoureuse ; aujourd’hui, c’est la promesse alléchante d’une journée de travail sans être interrompu…”

Un petit air de voyage d’affaires

Accueil stylé, chambre climatisée, petits fours et déjeuner servi au restaurant de l’hôtel… La journaliste a savouré ce “premier moment de concentration paisible” à 395 livres – soit 428 euros – la journée (à noter : chez Accor, les forfaits “Hotel Office” démarrent à 55 livres la journée, soit 59 euros).

Elle n’en a pas moins ressenti bientôt un certain malaise dans un environnement peu adapté au travail avec “le grand lit double et ses draps fraîchement lavés”, les “coussins dodus” et la “vaste baignoire” :

J’étais dans une chambre d’hôtel, mais je n’étais pas en voyage d’affaires et encore moins en vacances !”

“Malgré les efforts de l’industrie du voyage pour lancer le concept de ‘bleisure’ [mot-valise formé à partir de ‘business’ (affaires) et de ‘leisure’ (loisir)], il est peut-être nécessaire aujourd’hui de rétablir des frontières entre les loisirs proprement dits et la concentration nécessaire au travail”, conclut la journaliste – qui concède néanmoins que sa chambre était “parfaite pour un voyageur de passage à Londres qui a besoin de travailler entre ses réunions”.

Publicité 3
Translate »