Rencontre : Le couple de passionnés qui veut transformer le château de Catherine Deneuve en hôtel de luxe

Frédéric Biousse et Guillaume Foucher s’évertuent à transformer des demeures nobles en hôtels de luxe. Leur dernière acquisition ? La maison en Normandie de Catherine Deneuve.

739

À l’automne 2018, une rumeur agite les accros aux pages « belles demeures » du Figaro : Catherine Deneuve aurait vendu le château de Primard, à Guainville,

Le Château de Primard

en Normandie, son lieu de villégiature depuis plus de vingt ans. On s’interrogeait : qui aura la chance de s’installer dans cet hôtel particulier époque directoire, d’une valeur estimée à près de 4 millions d’euros ? Quelque 1 200 m2 de surface habitable cernés par l’Eure et les charmilles avec maison de gardien, dépendances, piscine et roseraie. L’actrice est connue pour sa discrétion. Sa thébaïde était nimbée de mystère. Peu de clichés de la propriété existent, rares sont les invités à avoir rendu compte de la magnificence du lieu.

Les deux élus sont des collectionneurs d’hôtels de luxe, Frédéric Biousse, 51 ans, et Guillaume Foucher, 44 ans, déjà à la tête de plusieurs établissements en Europe (Collection Domaine de Fontenille). Le couple a découvert Primard en novembre 2018, alors qu’il cherchait une maison de campagne pour des cures de chlorophylle à moins d’une heure de Paris. « Nous avions envie de boue, de biches, de chevreuils… Quand j’ai découvert la maison, ses proportions parfaites, je suis immédiatement tombé amoureux », raconte Guillaume Foucher au volant de sa voiture filant sur les routes normandes. Les yeux d’Oscar, un golden retriever, dépassent du coffre. Le domaine est finalement « trop beau et trop grand pour ne pas être partagé », décident les deux élégants : Primard deviendra un hôtel cinq étoiles en mai 2021.

Panoramas instagrammables

Le couple vit à Paris dans une jolie maison sur trois étages recouverte de rosiers, en plein Saint-Germain-des-Prés. Avant de devenir des hôteliers en vue, Biousse et Foucher avaient déjà vécu plusieurs vies. Frédéric Biousse, centralien, fils d’un général et d’une pianiste, a fait fortune dans la mode en redressant des marques assoupies comme Comptoirs des cotonniers ou Sandro. Ce gros bosseur, visage en pointe et lunettes rondes, continue aujourd’hui à faire valser les millions depuis son téléphone avec le fonds d’in­ves­tis­sement qu’il a cofondé. Frédéric a rencontré son futur mari quand Guillaume était étudiant à l’école du Louvre. Ce spécialiste du Grand Siècle, en particulier « des rapports entre Rome et Paris au XVIIe siècle dans la décoration intérieure des grandes demeures », montera ensuite une galerie de photos à Paris et à Bruxelles. « Lors de notre premier date, nous avons découvert que nous avions tous les deux un chien et un chat appelés Maurice. C’était un signe. »

Leur seconde vie professionnelle commence au milieu des années 2000. Ils rêvent de créer un hôtel de luxe géré comme une maison de famille, loin des Hyatt lyophilisés. Ce sera d’abord Fontenille, une bastide provençale du XVIe siècle entourée d’un domaine viticole. Ils créent un restaurant gastronomique, fabriquent leur propre vin et aménagent le lieu avec des œuvres d’art et des photos de leurs parents ; en fond sonore, leurs chanteurs préférés, Étienne Daho et Barbara. Ils rachètent ensuite deux fincas à Minorque, puis les hôtels Les Hortensias du lac à Hossegor et Les Bords de mer à Marseille, dont la vue superbe sur la plage des Catalans fait le délice des instagrammeurs. Leur méthode : rester des semaines entières à sillonner la même région, une carte à la main, leurs deux chiens dans le coffre. « Notre limite d’expansion, c’est l’Empire romain sous Auguste », avance crânement Guillaume Foucher, avant de rectifier : « Il faut que les chantiers de nos hôtels soient à moins d’une heure de Paris. »

Inspection surprise

Avant de jeter son dévolu sur Primard, le couple visite une trentaine de (…) Lire la suite sur Vanity Fair

Publicité 4