Portrait | Robert Dawson de Hyatt Hotels Corporation

10

Quel a été votre premier emploi dans le secteur de l’hébergement et depuis combien de temps y êtes-vous resté ?

Mon premier rôle à temps plein dans l’hôtellerie a été celui de Page Boy à la conciergerie du Grand Hotel Krasnapolsky à Amsterdam. Mes fonctions consistaient à faire des courses et à connecter les invités aux appels téléphoniques et aux messages entrants. Cette opportunité m’a donné un excellent aperçu du fonctionnement d’un véritable service de conciergerie à la fois bon et mauvais.

C’est une bonne chose que j’ai évolué car le poste est depuis longtemps rendu obsolète par la technologie du téléphone portable.

Pouvez-vous nous raconter une histoire drôle, embarrassante ou mémorable qui vous a impliqué au début de votre carrière ?

À Johannesburg, j’ai eu l’immense privilège d’accueillir et d’escorter le président Nelson Mandela à travers l’hôtel à un dîner de gala en son honneur.

À mi-chemin dans le hall, en route vers la file d’accueil des VIP, il a repéré l’un de nos nettoyeurs caché derrière une grande colonne qui regardait pour l’apercevoir. À sa grande surprise et embarras, il s’est immédiatement détourné pour lui parler. Il lui a demandé son nom, ce qu’elle faisait à l’hôtel et si elle aimait son travail. Il lui a alors demandé si j’étais un bon patron car sinon, il s’arrangerait !

Elle a répondu “Oui, oui, c’est un bon patron”. Il m’a ensuite souri et nous avons repris notre chemin initial pour rencontrer les ambassadeurs du Royaume-Uni et des États-Unis. C’était Mandela, un homme vraiment inspirant que j’ai eu l’honneur de rencontrer.

Quel est le meilleur conseil que vous puissiez donner aux jeunes pour évaluer si l’hôtellerie ou le tourisme leur convient en tant que profession ? (…) Lire la suite sur Hotel Management