Nomination | Les priorités de Clara Chappaz à la tête de la mission French tech

Parce que nombre d'hôteliers sont avant tout des créateurs d'entreprise et innovent dans le domaine, il nous semble important de mettre la lumière sur ceux et celles qui font de la France une Start-up Nation. Depuis le 1er novembre, Clara Chappaz est la nouvelle directrice de la mission French tech. Portrait.

24

Coq rouge épinglé sur son chemisier, Clara Chappaz accueille en souriant une poignée de journalistes, six jours après sa nomination. Au deuxième étage de l’incubateur parisien Station F, dans l’espace de la mission French tech que cette femme de 32 ans dirige depuis le 1er novembre, elle détaille les priorités de son mandat de trois ans, durant lequel elle va animer l’écosystème des start-up tricolores : le passage à l’échelle pour créer plus de licornes (start-up valorisées à plus de 1 milliard de dollars), la diversité, les green techs pour soutenir la transition écologique.

Des sujets liés à son parcours

Clara Chappaz vient de passer trois ans à Vestiaire Collective – où elle a notamment développé le marché américain –, un pionnier de la vente en ligne de vêtements et accessoires de luxe de seconde main, et la seule licorne française comptant deux cofondatrices. «Quitter Vestiaire Collective a été un choix difficile car cette boîte cartonne, confie-t-elle. Mais nous venions de finir une phase de construction et tout fonctionnait bien. J’ai eu envie de changer, d’avoir un impact plus fort en mettant mes compétences au service de l’écosystème, et pas seulement d’une entreprise.»

Son expérience, elle l’a notamment acquise à l’international. Attirée depuis l’enfance par la culture asiatique, cette Parisienne qui a grandi dans un village de la forêt de Fontainebleau et aime l’escalade – «mes parents étaient des fans de grimpe», justifie-t-elle – a appris le japonais en accéléré à l’Essec avant de réaliser son stage de fin d’études dans un hôtel nippon. Elle a ensuite passé cinq ans à travailler pour des start-up à Hongkong, Bangkok et Singapour, puis deux ans en MBA à Boston. (…) Lire la suite sur Usine Nouvelle

Publicité 4