Maroc | Sofitel Royal Bay Resort à Agadir : Accor fera cavalier seul

10

Moins d’une année après la sortie du Sofitel Agadir Royal Bay Resort du portefeuille de Risma, quel sera le sort de cet actif hôtelier? En effet, la fin du contrat de location entre ABS Holding et Risma, respectivement propriétaire et locataire de l’hôtel, a provoqué un conflit collectif avec les employés, depuis le 30 juin 2020. Selon plusieurs sources concordantes, l’établissement sera de nouveau commercialisé sous la marque Sofitel, qui est toujours affichée sur la porte d’entrée de cet hôtel situé en front de mer. De plus, le Sofitel Agadir Royal Bay Resort sera directement géré par le groupe Accor, qui est l’actionnaire fondateur de Risma depuis 1993, avec une participation de 33,34%. Actuellement, le propriétaire émirati, ABS Hotel Properties Limited, prépare l’opération de rénovation de cet hôtel appartenant au segment du luxe et haut de gamme du groupe Accor. Pour rappel, le Sofitel Agadir Royal Bay est exploité sous contrat de gestion par Accor Gestion Maroc.

Un conflit social entraîné par la fermeture de l’hôtel
Doté d’une capacité de 273 chambres, soit 546 lits, le Sofitel Agadir Royal Bay Resort a été mis en exploitation par Risma (locataire) suite à la signature, en avril 2004, d’un contrat de location-gérance avec la société émiratie ABS Holding d’une durée de 10 ans et 8 mois renouvelable, après l’échec de sa commercialisation sous la chaîne touristique «Millenium». Ledit contrat de location a été renouvelé jusqu’au 30 juin 2020, date de sa résiliation. Risma a réalisé une série de travaux sur l’hôtel, concernant principalement la finition des chambres, l’aménagement de la plage et de la piscine, la construction d’un restaurant, d’un centre de conférence et d’un night-club. Selon un précédent communiqué de Risma, la décision de fermer le Sofitel Agadir Royal Bay Resort est intervenue suite à un commun accord entre les deux parties, compte tenu de la vétusté de l’hôtel, qui nécessite une rénovation profonde pour répondre aux standards du luxe (5 étoiles), chose qui n’est en rien liée à la conjoncture actuelle. Evidemment, cette fermeture a entraîné un conflit social (…) Lire la suite sur LesEco.ma