L’hôtellerie française face « au plus grand plan social de son histoire »

13

Des femmes de chambre aux dirigeants de grands groupes, les conséquences sociales de la désertion des hôtels commencent à se faire sentir. Ce n’est sans doute qu’un début.

Après l’été de la débrouille vient l’automne de la désolation pour l’hôtellerie française. Elle a jusqu’alors écopé, jonglé entre la réception et les fourneaux, renoncé aux contrats saisonniers, usé du chômage partiel et réduit son recours aux sous-traitants. Il y a eu, pour les mieux placés, un bel été en forme de sursis. Mais la reprise est morose, en particulier en Ile-de-France, à l’arrêt depuis six mois. Cela laisse le temps de se plonger dans les comptes et le code du travail.

« L’hôtellerie française est en train de connaître le plus grand plan social de son histoire », s’alarme le Groupement national des indépendants (GNI-HCR), qui conclut, d’après une enquête menée début septembre, à un chiffre de 30 000 emplois menacés d’ici fin 2020. Déjà, le premier semestre a vu la disparition de 46 900 emplois, selon l’Insee. Il est probable qu’un quart des postes du secteur aura disparu cette année. Un choc brutal pour ce vivier d’emplois non délocalisables et en croissance régulière depuis le début du siècle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Après un été meilleur que prévu, l’hôtellerie s’attend à une dure rentrée

La saignée devrait se poursuivre en 2021, lorsqu’il s’agira de rembourser les dettes et que le chômage partiel ne sera plus compensé intégralement par l’Etat. A ces chiffres, il faut ajouter le non-recours à l’emploi saisonnier cet été, difficile à mesurer à ce jour. Et la casse chez les sous-traitants, présents aussi bien dans l’hôtellerie économique que dans les quatre-étoiles.

La plupart d’entre eux se voient refuser la prise en charge du chômage partiel par l’Etat, n’étant pas associés au secteur de l’hôtellerie-restauration. Les licenciements pour faute grave se multiplient chez Acqua, qui travaille exclusivement dans l’hôtellerie et a perdu 80 % de son chiffre d’affaires. Le groupe Azurial, dont 300 salariés sont spécialisés dans le nettoyage des hôtels, envisage de se séparer d’une cinquantaine d’entre eux. (suite réservée aux abonnés Le Monde).

 

Publicité 3