La pandémie de Covid-19 a-t-elle mis un frein à l’hôtellerie durable ?

La pandémie a obligé le secteur de l’hôtellerie à modifier son mode de fonctionnement, plaçant la sécurité sanitaire au premier plan. Cependant, ces mesures sanitaires se sont accompagnées de produits jetables, comme les masques ou les menus. De ce fait, les experts craignent que cette nouvelle orientation ne fasse reculer la tendance naissante consistant à favoriser davantage le développement durable.

25

Une chose est certaine, la pandémie n’a pas découragé la clientèle haut de gamme de privilégier des hôtels respectueux de l’environnement. Selon un nouveau sondage réalisé par Virtuoso, un réseau mondial d’agences spécialisées dans les voyages de luxe, la moitié des voyageurs interrogés ont déclaré favoriser un hôtel, une compagnie de croisière ou une agence de voyages ayant une politique de durabilité forte. Par ailleurs, 70 % des voyageurs interrogés estiment que les séjours durables améliorent leur expérience de vacances. Enfin, 82 % considèrent que la pandémie leur a donné envie de voyager de manière plus durable à l’avenir.

Hervé Houdré crédit Linkedin

Selon Hervé Houdré, expert en hôtellerie durable depuis plus de 20 ans, qui a également participé à la phase initiale des premières normes de durabilité de Forbes Travel Guide (publiées aujourd’hui), il est possible d’améliorer la sécurité sanitaire sans abaisser les normes de durabilité. L’expert affirme que « si un hôtel est profondément engagé dans le développement durable, son activité n’aura pas ralenti [pendant la pandémie], car il continue à économiser l’énergie, l’eau. »

Si l’hôtellerie doit tenir compte de la sécurité des clients, elle doit également garder à l’esprit ce que Hervé Houdré appelle la septième génération. Ce concept est tiré du livre The Good Ancestor de Roman Krznaric, selon lequel certains groupes amérindiens ne prennent jamais de décisions sans en prévoir les conséquences sur la septième génération.

« Nous devrions tous penser de cette manière », estime Hervé Houdré. « L’objectif, si je reviens à la durabilité, ce n’est pas de penser seulement à ma fille. On ne doit pas penser uniquement à nos enfants ou à leurs enfants, mais à ceux qui viendront dans cinq ou sept générations. Nos actions aujourd’hui auront des répercussions sur eux. »

 

Définir l’objectif de durabilité

Selon Hervé Houdré, l’expression à la mode en matière de développement durable est « critères ESG », ou critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (trois aspects de l’analyse extrafinancière pris en compte dans la gestion ou l’investissement socialement responsable, NDLR.). Cette expression signifie que les entreprises cherchent à définir la durabilité de manière plus large que les préoccupations écologiques primordiales. « C’est ce que toutes les grandes entreprises du monde ainsi que les grandes entreprises de l’hôtellerie examinent », explique Hervé Houdré. « Il ne s’agit pas seulement de l’environnement. Il ne s’agit pas seulement de la responsabilité sociale. Il s’agit également de la gouvernance de l’entreprise, en d’autres termes savoir si nous faisons ce qu’il faut en tant qu’entreprise. Dans ce cadre, les grandes entreprises incluent désormais l’égalité des genres, la diversité, la traite des êtres humains, la protection des enfants. Tout cela a été intégré dans une définition large de la durabilité. »

« Certaines personnes pensent que la durabilité se limite à l’environnement, ce n’est pas le cas », affirme Hervé Houdré. « En définitive, la durabilité est ce que l’on appelle le triple résultat : faire des bénéfices tout en prenant soin de l’environnement et des communautés qui vous entourent. »

Toutefois, Hervé Houdré prévient que l’hôtellerie ne peut pas se contenter de faire semblant. Ce secteur doit tenir ses promesses en matière de durabilité. « Le secteur de l’hôtellerie doit être sincère dans ce qu’il fait. Si ses actions sont dénuées de passion ou de conviction, le personnel et les clients le remarqueront. Il faut que cela vienne du cœur », déclare l’expert en hôtellerie durable.

 

Miser sur l’énergie renouvelable

C’est en tout cas ce que font certains hôtels en aidant la planète sans pour autant sacrifier l’expérience et le confort de leur clientèle. Selon Hervé Houdré, l’exemple par excellence dans ce domaine est The Brando, un complexe hôtelier cinq étoiles situé sur une île paradisiaque écologique en Polynésie française. Ce complexe est sur le point d’atteindre la neutralité carbone. L’hôtel utilise de l’eau de mer (…) Lire la suite sur Forbes