La mort des voyages d’affaires ?

Compte tenu de la réduction des frais de déplacement et de l’empreinte carbone, le rebond du tourisme d’affaires n’est pas pour demain

28

Au cours d’une bonne année, l’hôtel The Standard, dans le quartier des abattoirs de New York, réaliserait 100 millions de dollars de recettes, dont la moitié au moins proviendrait des voyageurs d’affaires.

Les membres des professions créatives du centre-ville étaient attirés par son emplacement près des bureaux de Google, sa vue et une boîte de nuit sur le toit avec “une piscine dans laquelle les gens sautaient lorsqu’ils étaient ivres”, a rappelé Amar Lalvani, qui dirige la société mère du Standard.

“Ce n’est plus le cas maintenant”, a-t-il déclaré. Le Standard est à nouveau à moitié plein la plupart des week-ends, car les New-Yorkais enfermés font des folies pour leur “staycations” [les vacances passées chez soi, ndt]. Mais les jours de semaine, lorsqu’une foule d’entreprises aurait rempli ses bars branchés, le taux d’occupation n’est que de 10 à 20 %. M. Lalvani ne s’attend pas à ce que cela change de sitôt.

“Le Standard est à nouveau à moitié plein la plupart des week-ends, car les New-Yorkais enfermés font des folies pour leur “staycations”. Mais les jours de semaine, le taux d’occupation n’est que de 10 à 20 %”

“Lorsque nous parlons à des entreprises clientes, elles pensent que leur budget 2021 sera probablement inférieur de 50 % à ce qu’il était”, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne voyait pas la demande des entreprises se redresser “avant plusieurs années”.

Le voyage d’affaires, un élément de base de la vie des managers depuis l’aube de l’ère des avions à réaction, est devenu une rareté au cours des six derniers mois. Et même si d’autres activités économiques reprennent vie, ce n’est pas le cas des voyages d’affaires, ce qui fait craindre aux hôteliers, aux dirigeants de compagnies aériennes et aux organisateurs de conférences que les budgets de voyage ne se redresseront pas complètement même après le pire de la pandémie.

Menaces multiples sur le voyage d’affaires

Les menaces qui pèsent sur les voyages d’affaires se sont multipliées au cours de l’année. Alors que les cas de Covid-19 ont commencé à se répandre ce printemps, de nombreux employeurs ont consigné leur personnel pour des raisons de santé. Peu de temps après, ceux qui ont vu leurs revenus frappés par le confinement ont réalisé que les budgets de voyage pouvaient être réduits moins douloureusement que les effectifs. Puis, lorsque les anciens voyageurs fréquents se sont adaptés au travail à domicile, leurs patrons ont salué les avantages de la productivité des outils de vidéoconférence.

“Ceux qui ont vu leurs revenus frappés par le confinement ont réalisé que les budgets de voyage pouvaient être réduits moins douloureusement que les effectifs”

“Lorsque je parle à d’autres directeurs financiers, ils me disent : ‘Mon Dieu, Jeff, je ne sais pas si mon budget de voyage reviendra jamais au niveau où il était”, a déclaré Jeffrey Campbell, directeur financier d’American Express, lors d’une conférence la semaine dernière.

Aujourd’hui, alors que de plus en plus d’entreprises dévoilent leur engagement à réduire leurs émissions de GES, un autre facteur est entré dans l’équation : la limitation des vols en classe affaires est un moyen rapide de réduire l’empreinte carbone des entreprises.

“Alors que de plus en plus d’entreprises dévoilent leur engagement à réduire leurs émissions de GES, un autre facteur est entré dans l’équation : la limitation des vols en classe affaires est un moyen rapide de réduire l’empreinte carbone des entreprises”

Deloitte et PwC, deux sociétés de conseil qui ont longtemps compté sur les vols de leurs employés pour se rendre là où leurs clients avaient besoin d’eux, ont rejoint la liste la semaine dernière, affirmant que des réductions durables des voyages seraient essentielles pour atteindre leurs objectifs de “zéro émission”.

Le cauchemar du secteur aérien

Ces forces se combinent pour créer un “mouvement tectonique” sur une part des 1 400 milliard de dollars, allant des sociétés de location de voitures aux plateformes de réservation de vols, explique Rafat Ali, fondateur de Skift, un site d’informations et de données sur l’industrie du voyage. Les pressions ne devraient pas se relâcher de sitôt.

Robert Isom, président d’American Airlines, a déclaré aux investisseurs ce mois-ci que son trafic d’affaires était “en baisse de 95 % ou plus”, tandis que le vice-président des affaires publiques d’American Express Global Business Travel, Martin Ferguson, a déclaré que les transactions sur sa plateforme restaient 85 % en dessous des niveaux normaux.

“Ces forces se combinent pour créer un “mouvement tectonique” allant des sociétés de location de voitures aux plateformes de réservation de vols”

L’impact sur les bénéfices de la perte de clients à marge aussi élevée pourrait être encore plus important. McKinsey estime que les voyages d’affaires ne représentent généralement qu’un passager sur dix, mais qu’ils génèrent jusqu’à trois quarts des bénéfices des compagnies aériennes.

Le rebond n’est pas pour demain

Les espoirs d’un rebondissement rapide s’amenuisent également. Dave Hilfman, directeur exécutif par intérim de la Global Business Travel Association (GBTA), a déclaré au ‘Financial Times’ que son enquête de septembre a montré à peu près la même chose que celle d’août : 92 % des entreprises continuent de restreindre les voyages internationaux et environ 70 % ont suspendu les voyages nationaux.

“Tant que l’on n’aura pas le sentiment qu’il y a eu un changement matériel pour garantir la sécurité des employés”, comme un vaccin, a déclaré M. Hilfman, “les voyages d’affaires seront toujours confrontés à une réduction de la demande”.

“92 % des entreprises continuent de restreindre les voyages internationaux et environ 70 % ont suspendu les voyages nationaux”

Le résultat, a déclaré M. Ali, est une douleur généralisée. Les compagnies aériennes américaines ont déclaré qu’elles procéderaient à des licenciements définitifs lorsque le soutien salarial de Washington expirera à la fin du mois ; Las Vegas n’a pas accueilli de convention depuis des mois ; et la pandémie a aggravé les “conditions préexistantes” des sociétés de location de voitures endettées telles que Hertz, qui s’est placée sous la protection de la loi sur les faillites en mai.

“Les responsables des voyages avec lesquels nous avons parlé disent qu’une perte [définitive] de 10 à 15 % des voyages d’affaires est possible”, a déclaré M. Ali.

Les analystes de Citigroup sont plus pessimistes, prévoyant une baisse durable de 25 %, et même certains décideurs qui avaient prédit une reprise semblable à celle observée après les attaques du 11 septembre 2001, l’épidémie de SRAS et la crise financière mondiale de 2008-2009, sont devenus plus pessimistes.

Ed Bastian, directeur général de Delta Air Lines, a déclaré en juillet qu’il ne s’attendait plus à ce que le volume du trafic d’affaires retrouve un jour son niveau de 2019. Gary Kelly, directeur général de Southwest Airlines, a déclaré ce mois-ci qu’il ne serait pas surpris de voir les voyages d’affaires “languir pendant une décennie”.

“Les responsables des voyages avec lesquels nous avons parlé disent qu’une perte [définitive] de 10 à 15 % des voyages d’affaires est possible”. Les analystes de Citigroup sont plus pessimistes, prévoyant une baisse durable de 25 %”

D’autres ne sont pas d’accord, affirmant que les clients ont de plus en plus de mal chaque mois à maintenir leur productivité lorsqu’ils travaillent à distance, et que rien ne vaut le fait de faire des affaires en face à face.

“Je sais que beaucoup de gens pensent que le trafic d’affaires sera lent à se rétablir, et je ne suis pas nécessairement en désaccord mais, franchement, je pense aussi que les gens en ont assez de Zoom”, a écrit Helane Becker, une analyste de Cowen, au début de ce mois.

“Les voyages d’affaires sont irremplaçables et quiconque vous dit le contraire n’a jamais été en voyage d’affaires”, déclare M. Hilfman du GBTA.

Le plan B des hôtels

Mais la perspective de devoir attendre des années avant le retour de leurs plus fidèles détenteurs de cartes de fidélité oblige les entreprises qui dépendent habituellement des voyageurs d’affaires à repenser leur modèle économique.

Des chaînes d’hôtels telles que CitizenM et Accor ont commencé à commercialiser leurs chambres comme des espaces de travail temporaires pour ceux dont le domicile est loin d’être idéal pour le travail à distance.

“La perspective de devoir attendre des années oblige les entreprises qui dépendent habituellement des voyageurs d’affaires à repenser leur modèle économique”

“Vous avez toutes les facilités, vous n’êtes pas dans un petit appartement et vous n’avez pas d’enfants ni de famille autour de vous”, a déclaré Gaurav Bhushan, directeur du développement chez Accor, qui possède les marques Sofitel et Ibis.

L’un des obstacles est que les clients devront surmonter “l’embarras de devoir passer deux heures à l’hôtel dans l’après-midi”, a déclaré Simon Stenning, conseiller indépendant du secteur de l’hôtellerie.

En tant qu’indépendant, M. Stenning travaille souvent à partir du point de vente du Standard à King’s Cross, à Londres, et voit les hôtels comme pouvant offrir des espaces calmes que les cafés ne peuvent pas offrir. “Essayez de faire un appel vidéo depuis un Loungers”, la chaîne de bars, dit-il.

Les hôtels font également la cour aux banlieusards qui peuvent être anxieux d’utiliser des trains bondés chaque jour. Yotel, qui propose des hôtels à bas prix en centre-ville et à l’aéroport, offre un “tarif de banlieue” de 30 livres sterling la nuit à Londres, et The Standard offre aux clients de la banlieue de New York la possibilité de rester en semaine et de laisser leurs affaires le week-end.

Le Standard propose également un dépaysement à prix réduit aux personnes dont l’employeur a annoncé qu’elles travailleraient à distance jusqu’à l’année prochaine.

“Si vous êtes un employé de Google et que vous ne retournez pas au bureau avant 2021, que diriez-vous de rester au Standard à Miami pendant un mois pour 150 dollars la nuit ? Cela me semble plutôt bien”, a lancé M. Lalvani.

Des tarifs aussi bas peuvent remplir des chambres vides, mais il est peu probable qu’ils permettent de dégager les mêmes marges de profit que ceux des clients d’affaires.
Une baisse des voyages d’affaires pourrait créer des opportunités de consolidation dans l’industrie du voyage, a prédit M. Lalvani, mais cela l’a obligé à planifier une longue période sans clientèle d’affaires.

“Des tarifs aussi bas peuvent remplir des chambres vides, mais il est peu probable qu’ils permettent de dégager les mêmes marges de profit que ceux des clients d’affaires”

L’East Village du Standard a transformé son penthouse surplombant la ville en un espace avec des vélos Peloton et des cours de yoga pour attirer les voyageurs de loisirs, a-t-il dit. “Nous avons dû changer tout le modèle.”

Publicité 3