Entretien avec Yann Callière | Center Parcs face à la crise : « C’est une course contre la montre »

121

À la faveur du partenariat noué entre Center Parcs à Hattigny et le chef étoilé Bruno Poiré de Languimberg, Yann Caillère, directeur général du groupe Pierre & Vacances Center Parcs, était de passage en Moselle. L’occasion d’évoquer la situation économique du groupe sur fond de crise sanitaire.

Comment le groupe Pierre & Vacances Center Parcs traverse-t-il la crise sanitaire ? Survivra-t-il ?

Yann CAILLÈRE, directeur général du groupe Pierre & Vacances Center Parcs  : C’est difficile, c’est une course contre la montre dans le tourisme aujourd’hui. C’est une guerre qui ne dit pas son nom. Mais on va passer cette phase et survivre. Avec le confinement, tout a fermé, on est passé de huit millions de clients à zéro. On n’avait jamais connu ça. Ce qui n’a pas été fait financièrement ne se rattrape pas. L’été a été bon dans nos sites Pierre & Vacances, Center Parcs et Maeva.com. En Hollande et en Allemagne, on a mieux travaillé que l’an dernier. En montagne, on a eu le meilleur été jamais réalisé. Notre offre correspond à une tendance compatible avec les gestes barrières. Dans nos Center Parcs, on est en pleine nature, on vient en voiture, on peut cuisiner dans les cottages. Les gens sont restés en France cet été et étaient prêts à redécouvrir leur pays. On a davantage souffert dans nos hôtels et résidences en Espagne et dans les appart-hôtels Adagio dans les grandes villes.

 

Où en est le plan de restructuration Change Up que vous avez lancé en début d’année ?

Ce plan ne prévoyait pas la crise liée à la Covid-19, il se termine. Le but était de passer dans le positif en 2021. C’est difficile car on n’a pas de visibilité sur le business. Tant qu’on n’aura pas de vaccin ni de traitement, on va tâtonner. C’est compliqué de se projeter pour nos clients. On va en baver jusqu’en juin prochain. On a la chance d’être sur un marché domestique et de vacances qui devrait repartir plus vite que le reste de l’hôtellerie.

Quels sont les projets du groupe dans le monde ?

« On va se concentrer sur l’Europe. Le Center Parcs dans le Lot-et-Garonne ouvrira en 2022. Et, d’ici 2024, nous signerons quatre ou cinq projets en Allemagne et dans les pays scandinaves.

Le Domaine Center Parcs Les Trois Forêts à Hattigny fête ses dix ans. Est-il rentable ? Quel bilan tirez-vous ?

C’est une superbe opération. Certes, la Covid-19 nous a impactés, mais ce domaine est rentable et marche très bien. C’est le plus grand Center Parcs d’Europe et on travaille de plus en plus à une montée en gamme. L’arrivée du chef étoilé Bruno Poiré de Languimberg, au sein du restaurant du Forest Lodge, illustre parfaitement la montée en gamme opérée ces dernières années par Center Parcs. Cette expérience culinaire répondra parfaitement aux attentes de nos clients en séjour ainsi qu’à nos visiteurs extérieurs en quête de nouvelles saveurs locales et authentiques.

Comment s’est déroulé l’été , sur fond de crise sanitaire, au Domaine Les Trois-Forêts ?

Eric BAGRIOT, directeur du Domaine Les Trois-Forêts  : En août, nous avons enregistré 144 000 nuitées, le plus gros chiffre jamais réalisé chez Center Parcs. Sur l’été , le taux d’occupation est de 87 %, contre 92 % l’an dernier.

Publicité 3