jeu 11 août 2022
32.3 C
Paris

Du nouveau à Courchevel

Must read

Elle est « la » station de luxe des Alpes françaises, ne fonctionne jusqu’ici qu’avec une clientèle très largement étrangère, notamment russe, saoudienne, brésilienne, qui devrait être aux abonnés absents cette année. Courchevel, qui doit théoriquement ouvrir sa saison d’hiver le samedi 5 décembre  est optimiste, annonçant quantité de nouveautés de prestige. Ainsi, le groupe Ultima, qu’on a connu à Gstaad, et doit faire cet hiver, avec l’Ultima Courchevel, sa « Grande Ouverture » , avec neuf chalets privés, un spa, un cinéma, un bar et deux restaurants. L’ancien hôtel de la famille Jacob, qui tinrent là, jadis, une table deux étoiles (le Bateau Ivre), et se nomma la Pomme de Pin, est repris par le groupe Maison Tournier. Il devient l’hôtel la Pomme et contiendra deux nouveaux restaurants : La Pomme et la Plage (le second avec une carte autour des saveurs méditerranéennes). Face au Chabichoula brasserie Katz est repris par David Brémond qui déclinera le concept initié à Megève sous la signature d’Eric Frechon: la Ferme de Saint-Amour. Toujours au Chabichou, le bar de l’hôtel, Le Sidonie propose cette année une offre restauration sous la gouverne du MOF deux étoiles Stéphane Buron, qui y proposera tartiflettes au jambon de pays, crozets au beaufort et truffe ou encore velouté de courge à la châtaigne. Propriétaire du Chabichou, le groupe Lavorel a repris le tout voisin hôtel du Rond Point des Pistes qui devient le Grand Hôtel et proposera une cuisine traditionnelle et savoyarde revisitée.  À la Sivolière, où l’on a connu le talentueux Bilal Amrani, passé depuis au Bagatelle, puis, l’an passé, Fanny Rey, un nouveau chef, Nicolas Vambre, qui travailla jadis dans le groupe Tournier, proposera, au 1850, une cuisine française, de saison et élaborée à partir de produit locaux. Le dimanche, la directrice de l’hôtel, Florence Carcassonne, recevra à « La Table de Madame » autour de plats de partage gourmands qui font partie de la mémoire collective et inspirés des déjeuners dominicaux en famille. Cocottes mijotées, viande braisées et volailles rôties, pour des dîners réconfortants. Enfin, on signalait la semaine passée la venue de Sylvestre Wahid, ou plutôt son retour dans la station après ses saisons au Strato, sous le label Baumanière. Il sera présent cet hiver, à l’Hôtel des Grandes Alpes 1850, dans un écrin signé Tristan Auer.

- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

Translate »