Sodexo se relève alors que le reste de la restauration collective souffre

Après avoir accusé une perte de 315 millions d'euros l'année dernière, les résultats de Sodexo montrent que le champion de la restauration collective a renoué avec les bénéfices en 2021.

11

Après la pluie, le beau temps. Le groupe de restauration collective Sodexo est revenu dans le vert en 2020-2021, améliorant sa profitabilité et dégageant 139 millions d’euros de bénéfice net contre une perte de 315 millions d’euros lors de l’exercice précédent, marqué par la pire crise de son histoire.

Si le chiffre d’affaires de l’exercice décalé, clos fin août, accuse encore un recul de 9,8% à 17,43 milliards d’euros, le groupe affiche toutefois un résultat opérationnel de 339 millions d’euros, en hausse de 417,8% sur un an, selon un communiqué publié mercredi 27 octobre.

Sophie Bellon @credit linkedin

« La croissance interne a été meilleure que prévu au cours des deux semestres » de l’exercice et « la reprise du chiffre d’affaires a été progressive, trimestre après trimestre », commente Sophie Bellon, fille du fondateur Pierre Bellon, présidente du conseil d’administration et directrice générale par intérim de Sodexo depuis le 1er octobre, citée par le communiqué.

Après avoir vu ses activités laminées par la crise sanitaire, Sodexo a ainsi retrouvé, au dernier trimestre du dernier exercice, « 87% de ses niveaux d’activité » pré-pandémie, tandis que les « segments santé, écoles et les services avantages et récompenses » (titres restaurants, chèques cadeau) sont revenus à leur niveau pré-Covid, précise-t-elle.

En revanche, la restauration d’entreprise reste très affectée par le recours accru au télétravail qui vide les sièges sociaux: avec un « retour au bureau très progressif » des salariés, la branche n’a retrouvé que 79% de son activité d’avant Covid-19.

C’est encore pire pour les « sports et loisirs » (restauration et services lors d’événements sportifs, dans les musées…) qui n’a réalisé que 43% de son activité pré-pandémie, « la reprise ne s’étant réellement amorcée qu’en juillet », précise le groupe.

Sur l’exercice, l’activité de restauration d’entreprise reste en retrait de 13,5% à 8,8 milliards d’euros, contre -12,5% dans la restauration scolaire et universitaire à 3 milliards d’euros et -1,1% pour la « santé et seniors » (restauration et services de nettoyage aux établissements de santé) moins affectée par la crise, à 4,7 milliards d’euros.

Pour 2021/2022, le groupe annonce tabler sur une croissance interne du chiffre d’affaires « entre +15 % et +18 % » et espère afficher « une croissance continue et une amélioration des marges », précise Mme Bellon.

58.000 salariés en moins

Celle-ci a remplacé, dans l’attente de la nomination d’un nouveau directeur général, Denis Machuel, écarté afin « d’accélérer la transformation du groupe » et de « renforcer sa compétitivité », ce qui nécessitait un « nouveau leadership », avait justifié fin juillet la direction de Sodexo.

Le versement d’un dividende de 2 euros, dont 0,80 euro « à titre très exceptionnel lié aux liquidités générées par le programme de cessions d’environ 120 millions d’euros », sera proposé par le conseil d’administration.

Le directeur financier et vice-président exécutif de Sanofi, Jean-Baptiste Chasseloup de Chatillon, sera par ailleurs proposé comme nouveau membre du conseil d’administration en remplacement d’Emmanuel Babeau qui est partant, annonce le groupe. (…) Lire la suite sur Capital 

Publicité 4