La progression du secteur hôtelier se confirme durant la période estivale (In Extenso)

Selon le baromètre des performances hôtelières en France, réalisé par In Extenso TCH, le secteur de l’hôtellerie a bénéficié d’une belle saison estivale. Les performances au mois d’août ont confirmé la progression observée dès le mois de juin. L’occupation a atteint 59 % ce mois-ci en France (-19 % vs. 2019), et le prix moyen toutes catégories confondues s’est établit à 105 € HT, en nette hausse comparé à août 2019.

13

En données cumulées, le RevPAR de 62 € HT a certes dépassé son niveau de 2020, mais accuse un retard encore de -48 % par rapport à 2019. Durant cette saison, « les performances, et notamment le prix moyen, ont été positivement influencées par les écarts entre l’offre et la demande, cette dernière ayant été parfois difficile à absorber pour les établissements en manque d’effectif », selon In Extenso TCH.

D’autres facteurs viennent expliquer la hausse des recettes moyennes comme : l’apprentissage des précédentes crises qui ont perturbé l’activité hôtelière en France, durant lesquelles le niveau de prix moyen avait été revu à la baisse et qui avait par la suite difficilement remonté ; ou l’effet « dernière minute » qui compte tenu du contexte sanitaire, connait une forte progression.

En Europe, l’afflux d’approvisionnement que connait le secteur hôtelier « laisse entrevoir le développement d’une forte concurrence pour les hôtels restés ouverts, note In Extenso. Le nombre d’hôtels projetés pour ouverture atteint en effet son plus haut niveau, depuis 2011. La reprise risque alors d’être diluée par les chambres disponibles sur le marché ».

« Les bonnes performances pour l’hôtellerie française se confirment cet été qui comme lors de l’été 2020 a pu compter sur la clientèle française majoritairement restée dans l’hexagone durant cette période, commente Olivier Petit, associé chez In Extenso Tourisme, Culture et Hôtellerie. Cette tendance de reprise devra désormais s’inscrire dans le temps mais le retour de la clientèle d’affaires pourrait se faire encore attendre dans les prochains mois. »

Paris et l’Île-de-France : des performances encourageantes mais en deçà des performances européennes

L’hôtellerie parisienne a, toutes catégories confondues, enregistré un niveau d’occupation en progression depuis de début de la saison : 28 % juin et 37 % en juillet et août, rapporte In Extenso. Mais le prix moyen s’est légèrement tassé, s’établissant à 132 € HT. Ainsi, en cumul sur l’été, le RevPAR des hôtels ouverts et fermés du pôle a atteint 49 € HT.

Si les performances observées ce mois-ci sont en nette augmentation par rapport à 2020 (notamment sur les catégories supérieures), avec un RevPAR qui a globalement plus que doublé tous segments confondus cet été, le chiffre d’affaires par chambre disponible depuis le début d’année demeure quant à lui en recul de 79 %, par rapport à 2019, à 27 €HT. « À l’instar des hôtels de Luxe et Palaces, l’hôtellerie parisienne n’a toujours pas récupéré son retard sur 2020, avec un RevPAR encore en retrait de 33 % en moyenne. Dans le reste de l’Île-de-France, seule l’hôtellerie super économique en cumul enregistre des performances supérieures à celles de 2020 ».

Pour les hôteliers parisiens, la proportion de clientèle nationale est restée relativement stable durant la saison, tandis que la clientèle étrangère était majoritairement européenne. « Toutefois, selon notre partenaire STR, certaines grandes villes européennes ont d’ores-et-déjà dépassé leurs performances de 2020 à fin août, contrairement au marché parisien, constate In Extenso. Attirant une clientèle internationale plus importante, Athènes, Edinbourg, Rome, Barcelone ou encore Genève et Zurich, ont bénéficié d’un très bon été 2021 ».

Côte d’Azur : un mois d’août à 80 % d’occupation

Le mois d’août 2021 a été meilleur sur la Côte azuréenne que le mois de juillet. Le niveau d’occupation a atteint 80 %, surpassant 2020 (+5 %). Soutenu par le prix moyen, qui a atteint 222 € HT toutes catégories confondues, le RevPAR a légèrement surpassé son niveau de 2019, s’établissant à 189 € HT.

« L’activité a été particulièrement soutenue par les catégories super-économique et économique, qui ont enregistré des hausses de RevPAR élevées ce mois-ci, respectivement 16 % et 27 %, souligne In Extenso. En données cumulées à fin août, le RevPAR a plus que rattrapé son retard comparé à 2020, avec une progression à +48 %, mais affiche malgré tout un recul marqué de 48 % par rapport à la même période en 2019 ».

Cannes est la destination la moins en retard sur les performances de 2019, avec un RevPAR en données cumulées en baisse -20 %. En août, la destination a enregistré d’excellentes performances aussi bien en termes de prix moyen que d’occupation. Permettant ainsi au RevPAR de croître de 28 % comparé à août 2019. L’hôtellerie monégasque a également réalisé un niveau de RevPAR comparable à celui d’août 2019.

Des performances encourageantes en régions

Comme pour le pôle azuréen, la saison estivale a globalement été très dynamique pour l’hôtellerie en régions, avec des nuances selon les marchés, indique In Extenso. En effet, le taux d’occupation a progressé sur le mois d’août par rapport à juillet dernier pour atteindre 65 %, dépassant le niveau d’août 2020 mais encore en recul de 10 % par rapport à 2019. Le prix moyen a également sensiblement augmenté, à 96 € HT (+11 % vs. 2019).

« Déjà en hausse à fin août 2020 comparé à 2019 en cumulées, la recette moyenne par chambre louée sur la période cette année est en hausse de 6 % vs. 2019, une progression de 8 % à 14 % ayant été observée sur l’ensemble des gammes. Ainsi, en hausse de 12 % vs. 2020, le RevPAR aura même atteint ce mois-ci un niveau comparable à celui observé en août 2019, soutenu par la hausse du prix moyen ».

En régions, l’embellie estivale s’est particulièrement faite ressentir à l’échelle des littoraux sur le prix moyen qui, tous segments confondus, a augmenté par rapport à 2019 (en particulier sur les littoraux Ouest – Bretagne et Pays de la Loire, et Sud-Ouest – Nouvelle Aquitaine), voire pour la majorité également par rapport à 2020. (…) Lire la suite sur Business Immo

Publicité 4