lun 27 juin 2022
15.1 C
Paris

Italie | Pour visiter Venise, il faudra bientôt réserver et payer une taxe supplémentaire

A partir de 2022, il faudra réserver sa place ainsi que s'acquitter de frais supplémentaires pour visiter Venise. A partir de 2022, il faudra réserver sa place ainsi que s'acquitter de frais supplémentaires pour visiter Venise. Les mesures visant à préserver Venise du tourisme de masse et à protéger le patrimoine culturel et historique de la Sérénissime continuent. Une prise de conscience accélérée par la crise du Covid-19 durant laquelle les quelques 55 000 habitants ont pu bénéficier d'une lagune plus claire et d'une baisse de la pollution.

Must read

Limiter le nombre de visiteurs à Venise

Après l’interdiction de pénétrer dans le centre historique de la Cité des Doges pour les paquebots de croisière depuis le 1er août 2021 – qui a permis à Venise d’éviter de justesse son passage sur la liste du Patrimoine mondial en péril de l’Unesco – le gouvernement italien passe à la vitesse supérieure pour réglementer la fréquentation touristique de Venise, où se pressent en moyenne 33 millions de visiteurs chaque année.

C’est en tout cas ce qu’affirment nos confrères du quotidien italien La Stampa dans un article daté du 21 août dernier.

A partir de l’été 2022, un droit d’entrée facturé entre 3 et 10 euros selon la saison, pourrait être instauré pour accéder à La Sérénissime et visiter la ville italienne. Pour contrôler le flux de visiteurs, les autorités envisagent d’installer des tourniquets aux différents points d’entrée, obligeant ainsi les gens à s’acquitter de cette taxe de séjour.

Une restriction pour les zones fréquentées uniquement

Le conseiller municipal Marco Gasparinetti, interviewé par La Stampa, s’interroge sur la mise en place de mesures plus modérées. « Il faudrait plutôt restreindre l’accès uniquement aux zones particulièrement fréquentées, comme la place Saint-Marc », propose-t-il pour éviter que Venise ne « ressemble » à un « parc d’attractions ».

Du côté des professionnels du tourisme, le son de cloche diffère. « Nous avons besoin des bateaux de croisière car les passagers dépensent beaucoup en peu de temps. Économiquement, cet arsenal de mesures est pour nous une catastrophe », souligne au journal italien un employé d’hôtel.

Les résidents permanents de la Cité des Doges ainsi que leurs proches seront exonérés de cette taxe de séjour, de même que les enfants de moins de 6 ans ainsi que les voyageurs ayant réservé dans des hôtels localisés dans Venise. (…) Lire la suite sur GEO

- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :