Bretagne : « Il y a du travail partout ! »… L’économie rayonne après la crise

D’après une étude menée par l’Insee, la Bretagne aurait dépassé le niveau d’emploi d’avant crise et continue de progresser. La région a pu compter sur la bonne santé de son secteur agroalimentaire pour passer la crise. La grande majorité de son économie est rayonnante. Les entreprises ont de plus en plus de mal à recruter en raison de la forte demande en main-d’œuvre.

11

Elles ne sont que trois. En France, seules trois régions ont vu leur secteur de l’emploi salarié dépasser son niveau d’avant-crise, selon la dernière enquête de l’Insee. Alors que l’Hexagone accuse un repli moyen de 0,8 %, la Corse, la Nouvelle-Aquitaine et la Bretagne affichent un dynamisme insolent. Portée par son secteur agroalimentaire mais aussi par son domaine industriel en plein regain de forme, la Bretagne avait déjà mieux vécu la crise sanitaire, souffrant moins que la plupart des autres territoires français. Un peu plus d’un an après le premier confinement, la région continue de briller sur le plan économique. Au point de galérer à pourvoir ses emplois. Et pas que dans les métiers dits « pénibles ».

Entre deux rendez-vous, Patricia Levrel décroche son téléphone pour nous livrer son sentiment. Directrice des opérations au sein de Breizh Interim, elle ne compte plus les appels d’employeurs qui l’appellent à l’aide. « L’activité est redevenue dynamique depuis un an environ. Mais on voit que ça s’accélère. Les recrutements sont devenus très compliqués car il y a des besoins partout et dans tous les secteurs d’activité », explique la spécialiste de l’intérim. Ses cinq agences sont même confrontées à un problème de taille. Elles ne trouvent personne pour travailler sur la période estivale. « C’est une catastrophe pour recruter cet été. On a posé une annonce d’assistante RH il y a quinze jours. On s’attendait à avoir bon nombre de profils. Au final, on n’en a qu’un ».

« Une reprise rapide et très dynamique de la demande »

Cette tendance est confirmée par la dernière enquête de l’Insee publiée il y a quelques jours. Avec un taux de chômage établi à 6,6 %, la Bretagne reste bien en deçà de la moyenne nationale (8,1 %), notamment portée par son secteur alimentaire. « A chaque vague, nous avons subi une baisse de production due au ralentissement de l’activité de nos clients mais celle-ci est désormais repartie à la hausse. Nous faisons face à une reprise rapide et très dynamique de la demande », assure Arnaud Lemière, directeur de l’usine Bridor de Servon-sur-Vilaine. La semaine dernière, l’entreprise de boulangerie industrielle du groupe Le Duff avait lancé une opération de recrutement de 150 personnes pour faire tourner son usine. (…) Lire la suite sur 20 Minutes