Emballage des fruits et légumes, eau potable dans les restaurants, logo Triman… Ce qui change avec la loi anti gaspillage au 1er janvier

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, ou loi AGEC, publiée le 10 février 2020, prévoit notamment la fin sur le marché des emballages en plastique à usage unique d'ici 2040. Dans ce cadre, le 1er janvier dernier, avaient été interdits les pailles, les couverts jetables ou encore les touillettes. Au 1er janvier 2022, de nouvelles dispositions de cette loi vont entrer en vigueur. Petit tour d'horizon des principales mesures.

8

Fin de l’emballage plastique pour les fruits et légumes

Première mesure : les fruits et les légumes frais de moins de 1,5 kg ne pourront plus être emballés dans du plastique. Cette modification concerne une trentaine de produits : poireaux, courgettes, aubergines, poivrons… Une mesure qui oblige les industriels à s’adapter, même si des tolérances courront jusqu’en 2026, notamment pour les fruits rouges, plus fragiles.

La mise sur le marché de sachets de thé et de tisane en plastique non biodégradable sera également désormais prohibée.

Interdiction des jouets en plastique dans les fast-foods

Les fast-foods ne pourront plus distribuer gratuitement des jouets en plastique. McDonald’s France avait déjà anticipé cette obligation légale, en annonçant dès février 2021 supprimer les jouets en plastique de son menu pour enfant pour « proposer des jeux plus respectueux de l’environnement ».

Obligation des fontaines à eau dans les établissements recevant du public

Les établissements recevant du public devront être équipés d’au moins une fontaine d’eau potable accessible au public, lorsque cette installation est réalisable. « Les établissements de restauration et débits de boissons sont tenus d’indiquer de manière visible sur leur carte ou sur un espace d’affichage la possibilité pour les consommateurs de demander de l’eau potable gratuite », précise la loi. « Ces établissements doivent donner accès à leurs clients à une eau potable fraîche ou tempérée ».

Interdiction de détruire les vêtements invendus

Afin de favoriser le don et le recyclage de produits, la loi anti-gaspillage interdit aux producteurs, distributeurs et sites de vente en ligne de jeter leurs textiles invendus. Les vêtements devront obligatoirement être donnés, réemployés, réutilisés ou recyclés pour leur donner une nouvelle vie. Les produits d’hygiène seront également impactés par cette mesure.

Le logo Triman obligatoire sur les produits

Le logo Triman va être déployé sur l’ensemble des produits. « Sa présence ne signifie pas forcément que le déchet doit être jeté dans une poubelle du recyclage, mais que le déchet est soumis à une règle de tri : reprise en magasin pour les équipements électriques et électroniques, bornes spécifiques pour les piles… Il est accompagné d’une consigne de tri claire », précise le Ministère de la Transition écologique sur son site.

Possibilité pour les pharmacies de vendre des médicaments à l’unité

Afin d’éviter le gaspillage des médicaments, lorsque leur forme pharmaceutique le permet, les officines pourront délivrer certains médicaments à l’unité. Les contours de cette mesure restent cependant pour le moment assez flous. (…) Lire la suite sur La Dépêche

Publicité 4