Marriott: un audit pointe la faiblesse du PSE de l’hôtel Westin

Le plan de sauvegarde de l'emploi du Westin Paris Vendôme, prestigieux hôtel de la galaxie Marriott, est assez faible pour les 168 salariés menacés puisqu'il va coûter «moins de 10%» des économies qu'il permettra de réaliser, selon un audit adressé au CSE que l'AFP s'est procuré mardi.

18

«Le coût du PSE ne représenterait qu’une faible part -moins de 10%- de la valeur des économies réalisées», pointent du doigt les experts-comptables d’Adeco Expertise dans un rapport du 31 mars adressé au comité social et économique. A l’automne, un projet de rupture conventionnelle collective qui n’a pas abouti prévoyait ainsi des indemnités individuelles de départ en moyenne quasiment doublées par rapport à celles du PSE.

Les comptables ont calculé que le PSE allait coûter 7,34 millions d’euros au groupe et permettrait ensuite de réduire dès 2022 de six millions d’euros par an les coûts opérationnels, occasionnant ainsi sur la durée de l’investissement une «valeur des économies générées de l’ordre de 90 millions d’euros».

L’hôtel, administré par le groupe Marriott et fermé depuis le 18 novembre, emploie 367 personnes et dispose de 428 chambres. Depuis le 14 octobre 2018, il est codétenu par le fonds d’investissement britannique Henderson Park et Dubai Holding.

La signature d’un «mandat de vente de l’immeuble» pas exclue

Les auditeurs assurent que sa situation avant la crise liée au Covid-19 était bonne puisque les nouveaux propriétaires ont dégagé un excédent brut d’exploitation de 12,4 millions d’euros du 15 octobre 2018 au 31 mars 2020. Ils n’éludent toutefois pas les difficultés économiques actuelles puisque cet indicateur économique a basculé dans le rouge (-8,5 M EUR) sur les neuf derniers mois de 2020.

Si les propriétaires, contraints de refinancer un prêt de 300 millions d’euros, n’y parviennent pas avant le 30 juin 2021, «plusieurs options sont envisagées», poursuivent les experts qui n’excluent pas la signature d’un «mandat de vente de l’immeuble». Les auditeurs, qui précisent n’avoir pas réussi à obtenir tous les documents comptables demandées, relèvent également que «la relation avec les deux actionnaires» ne semble pas «aussi limpide» qu’au moment de la prise de contrôle.

Ils assurent également que les projections de la direction, qui ne souhaite pas faire de commentaires, sont «déconnectées» de celles transmises au pool bancaire lors du rachat et également, «ce qui est plus problématique», de celles retenues lors d’une renégociation du financement à l’automne. A «l’oral», les dirigeants ont cependant fait preuve d’un certain optimisme tout en reconnaissant que l’alternative au PSE envisagée par Henderson Park passait par une «fermeture de l’hôtel (redressement judiciaire…)», écrivent les comptables. (…) Lire la suite sur Le Figaro

Publicité 4