mar 4 octobre 2022
17.4 C
Paris

Londres | Le propriétaire du Claridge’s révoque ses administrateurs en raison d’un conflit sur la valeur de sa participation

Le Claridge's, l'un des hôtels les plus luxueux de Grande-Bretagne, est le théâtre d'une nouvelle bataille au sein du conseil d'administration, sept ans après que la royauté qatarie se soit alliée à un promoteur immobilier irlandais pour remporter une bataille pour le contrôle du groupe mère de l'établissement de Mayfair.

Must read

L’exploitant de l’établissement, Maybourne Hotels, qui appartient en dernier ressort au cheikh Hamad bin Jassim bin Jaber al-Thani et au cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani, a évincé le promoteur immobilier Patrick McKillen du conseil d’administration alors qu’ils se disputent la valeur d’une participation dans l’entreprise qui pourrait valoir plus d’un milliard de livres sterling à McKillen.

Cheikh Hamad bin Jassim bin Jaber al-Thani @ credit wikipedia
Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani @ credit wikipedia

Patrick McKillen et son associé de longue date Liam Cunningham ont été écartés du conseil d’administration sans avertissement le week-end dernier, selon deux personnes ayant connaissance des événements.

Ni Cunningham ni McKillen, qui a dirigé et rénové les hôtels du groupe au cours des sept dernières années, n’étaient présents à la réunion au cours de laquelle la décision a été prise, ont-ils précisé.

Les conflits au sein de Maybourne, qui possède les hôtels Claridge’s, Berkeley et Connaught, ainsi que des sites à Los Angeles et sur la Côte d’Azur, durent depuis que les frères Barclay, également propriétaires du Daily Telegraph, ont lancé une tentative de rachat de Coroin, la société holding de Maybourne, en 2011, incitant McKillen à se défendre et à lancer ce qui est devenu l’une des querelles d’actionnaires les plus médiatisées et les plus coûteuses de ces derniers temps au Royaume-Uni.

Les Qataris ont apporté leur soutien à McKillen, l’un des propriétaires initiaux de Coroin, ce qui lui a permis de repousser l’offre de Barclays après quatre années de batailles juridiques.

McKillen doit recevoir un paiement différé après avoir vendu sa participation de 36 % dans l’entreprise dans le cadre de l’achat de Maybourne pour 1,3 milliard de livres sterling en 2015, un contrat qui liait McKillen à la gestion des hôtels jusqu’en décembre de cette année. La valeur du versement doit être décidée ce mois-ci.

Selon une personne ayant connaissance du contrat, McKillen a droit à un versement équivalent à la valeur des hôtels, moins la valeur de la transaction initiale de 1,3 milliard de livres et la valeur de l’investissement en capital pour restaurer les hôtels.

Selon une personne proche des deux anciens directeurs, Maybourne pourrait valoir plus de 5 milliards de livres sterling, compte tenu de la récente reprise de l’hôtellerie de luxe suite à la levée des restrictions liées à la pandémie, et sur la base des prix de vente récents d’actifs similaires.

Une personne proche de Maybourne a déclaré que la société allait « honorer ses obligations ».

Lorsque Maybourne a retiré McKillen du conseil d’administration, elle a nommé Marc Socker, qui a travaillé dans l’immobilier hôtelier, et Gianluca Muzzi, un ancien cadre de la Deutsche Bank, comme nouveaux co-chefs de la direction, à l’insu de McKillen.

Les Qataris sont « des partenaires notoirement difficiles », a déclaré une personne proche de McKillen. « Paddy est complètement désorienté. Il n’aurait pas pu faire un meilleur travail d’expansion [et] de rénovation des hôtels.  »

En janvier, McKillen s’est retiré de la direction des hôtels Beverly Hills et Riviera, déclarant dans un message au personnel qu’il « ne serait plus impliqué dans ces propriétés étonnantes ». (…) Lire la suite sur le Financial Times

 

- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

Translate »