Londres, Angleterre | La Britannique Clare Smyth, cheffe trois étoiles, force tranquille à travers la pandémie

Elle a obtenu une troisième étoile au Michelin pendant le confinement et s'apprête, quatre mois plus tard, à pouvoir enfin rouvrir son jeune restaurant londonien: la Britannique Clare Smyth maintient fermement le cap en pleine tempête pour son secteur.

67

Cette Nord-Irlandaise de 42 ans est la première et la seule femme britannique à avoir décroché trois étoiles au guide Michelin au Royaume-Uni, et seulement le quatrième chef britannique à recevoir cet honneur.
Une distinction annoncée en janvier dernier, un « rêve » en plein cauchemar de la pandémie: « C’est fantastique que cela se soit produit pendant une année si difficile », confie la cheffe de 42 ans, cheveux blonds et regard clair d’où se dégage une calme autorité.
En plein confinement, les célébrations ont vite tourné court: « On a fêté ça avec une bouteille de champagne et une pizza » et des appels en vidéoconférence avec l’équipe de Core, son restaurant ouvert en août 2017 dans le quartier de Notting Hill.
Le secteur de l’hôtellerie-restauration a particulièrement souffert cet hiver, subissant de longs mois de fermeture. Les restaurants n’accueilleront de nouveau des clients en salles qu’à partir de lundi et ils ne pourront pas compter sur les touristes étrangers, peu nombreux à cause des restrictions aux frontières.
Pendant le confinement, l’équipe de Core a cuisiné des centaines de repas chaque semaine pour des associations et a proposé à ses clients des menus à emporter ou livrés à la maison, une première qui a « très bien fonctionné ».
La réouverture s’annonce sous les meilleurs auspices: les réservations sont complètes jusqu’en août. « On a beaucoup de chance, car on a une base de clients réguliers », dont des célébrités comme la famille de l’ex-footballeur star David Beckham. Pour s’adapter au contexte sanitaire, le nombre de couverts a été réduit: 44 au lieu de 54. Quand aux 42 employés, ils subissent des dépistages du Covid-19 toutes les semaines.

Pomme de terre à l’honneur(…) Lire la suite sur La Nouvelle République

Publicité 4