L’hôtel W Osaka, un monde d’extravagance

Un peu partout sur la planète, des projets architecturaux d’exception étonnent, fascinent, choquent parfois… mais ne laissent assurément pas indifférent! Le Mag met en lumière certaines de ces réalisations. Cette semaine, coup d’œil sur le premier hôtel W du Japon, qui a ouvert ses portes en mars à Osaka.

6

La chaîne d’hôtels W fait partie du portefeuille de Marriott International et compte plus de 55 établissements dans le monde. Dans la grande ville portuaire d’Osaka, un gratte-ciel de 27 étages abrite l’hôtel W sur le boulevard Midosuji. Un édifice noir, moderne, tout en simplicité, qui cache un monde d’extravagance entre ses murs.

Le design de l’établissement a été confié à la firme concrete, basée à Amsterdam aux Pays-Bas. L’intérieur est inspiré des diverses facettes de la ville : «De la beauté simple des cerisiers en fleurs et des arbres gingko qui bordent le boulevard Midosuji, aux néons et au paysage urbain animé du quartier nocturne d’Osaka, Dotonburi. Concrete a trouvé son inspiration à la fois dans le simple et le traditionnel, ainsi que dans le moderne, l’obsessionnel et l’extravagant et a créé un concept de design d’une simplicité extravagante, célébrant le véritable esprit de la ville».

Tunnel
Le long tunnel d’arrivée depuis l’entrée principale du boulevard Midosuji : inspirés par les fleurs délicates et l’art raffiné de l’origami, plus de 3000 cercles ont été découpés au laser dans du métal robuste et pliés au hasard. Les lumières derrière la fleur abstraite changent de couleur avec les saisons et varient d’intensité du jour à la nuit.

Hall d’arrivée
Dans le hall d’arrivée, le motif traditionnel asanoha a été l’inspiration pour le plafond, le sol et l’escalier. Le plafond utilise une version 3D agrandie de ce motif géométrique, qui se reflète dans le motif sur le sol en granit, dans six nuances de gris foncé.

Salon et bar
Le salon de l’hôtel se trouve à moitié à l’intérieur et à moitié à l’extérieur. Au-dessus du salon flottent des lampes rectangulaires suspendues à différentes hauteurs. Des «néons» blancs en zigzag brillent à travers les formes acryliques translucides, dans un hommage désaturé au paysage nocturne d’Osaka — c’est comme si les couleurs des néons avaient coulé sur les meubles.