Cnit : de nouveaux espaces et une nouvelle offre dès 2023

7

Le Cnit, centre des nouvelles industries et technologies, a été construit en 1958. Depuis, il a subi deux grandes restructurations, la première à la fin des années 80 pour transformer le centre d’exposition en un ensemble de bureaux, d’hôtels et de commerces. Quelques années plus tard, son nouveau propriétaire Unibail-Westfield-Rodamco a également rénové les lieux pour agrandir les espaces commerciaux disponibles.

Avec les travaux de construction de la gare du projet Eole (prolongement du RER E vers l’ouest, Ndlr), Unibail-Westfield-Rodamco a également lancé des travaux en sous-sol pour ouvrir à l’horizon 2022, de nouveaux espaces commerciaux et de restauration. Grâce à la fin des travaux liés à Eole, l’espace géré par ViParis, fermé en 2015, va pouvoir rouvrir ses portes dès 2022 avec un espace plus grand et plus moderne.

Le Cnit a été construit en 1958, et fut le tout premier bâtiment de la Défense. Alors qu’il avait été imaginé comme un hall d’expositions, en 1988, la décision avait été prise de créer des espaces de bureaux, des commerces ainsi qu’y installer un hôtel. Au milieu des années 2000, Unibal-Westfield-Rodamco achète le Cnit et décide de rénover à nouveaux les espaces pour agrandir les lieux. Durant les deux rénovations, l’architecture d’origine a toujours été conservée. Pour la troisième fois en 63 ans, le Cnit fait à nouveau l’objet
de rénovations.

« Sous le Cnit, il y a deux travaux, il y a les travaux de la gare Eole et les travaux qu’engage le Cnit pour créer 8 500 m² supplémentaires, explique Maylis de Coincy, directrice adjointe des centres commerciaux Westfield Les 4 Temps et Cnit. Il y aura également le lancement des travaux pour accueillir un espace de restauration […]
de 2 000 m² ».

Dans ces 8 500 m² au sous-sol du Cnit, ce sont « 45 nouveaux commerces et kiosques » qui vont ouvrir leurs portes aux clients du centre commercial dès 2022 ainsi qu’un « food hall », un hall de restauration de 2 000 m². La fin des travaux de la nouvelle gare, située sous le Cnit, et la mise en service du RER E, auront lieu en 2023. Dès cet instant, la direction du centre s’attend à « une forte augmentation du flux liée à cette gare ».

Autre grand projet pour l’année prochaine, la réouverture d’un espace fermé depuis 2015, l’espace géré par la société ViParis. « Sur 20 000 m², il y a aura deux amphithéâtres, deux halls, indique Maylis de Coincy. Ils ont fermé pendant les travaux d’Eole en 2015, et ils vont rouvrir en 2022 sur une emprise un peu différente ».

Dans un communiqué de presse du mois de mars 2021, la société ViParis décrit ce nouvel espace événementiel appelé Cnit Forest. Imaginé par l’architecte Nicolas Adam et le dessinateur François Schuiten, l’espace deviendra « une impressionnante forêt souterraine d’arbres digitaux ». Elle sera installée sur quatre niveaux avec en plus des amphithéâtres, des salles de réunion et des espaces polyvalents de près de 3 000 m² chacun.

De cette multitude de projets à long terme pour offrir une nouvelle offre aux clients du centre, Thibault Desmidt, directeur général des 4 Temps et du Cnit, indique que « c’est encore une fois très très encourageant » pour l’avenir du centre tout comme les travaux dans les 4 Temps (voir notre édition du mercredi 19 mai, Ndlr). « Sur les 4 Temps c’est tout de suite, pour le Cnit il faut attendre encore un petit peu, mais le fait que l’entreprise lance des travaux pour que les boutiques viennent nous louer des espaces, ça montre aussi toute la confiance qu’ont les entreprises dans cet espace un peu extraordinaire qu’est
la Défense ».

Dans un délai plus court, le Cnit va accueillir deux nouvelles enseignes. La première, prendra la place du concept store Belleville et sa bande au début de l’été, et sera « une nouvelle boutique de costume sur mesure », précise Maylis de Coincy. La deuxième, une nouvelle salle de sport, Dynamo : « C’est de l’indoor cycling, vous savez où vous mettez la musique à fond et vous faites du vélo pendant 45 minutes », précise Thibault Desmidt. (…) Lire l’article complet sur La Gazettte de la Défense