Thalassa Dinard : un remplissage historique dans une année compliquée

La Thalassa et son hôtel Novotel spa, propriété du groupe rennais For-Bzh, voient tous leurs feux au vert alors qu’un important programme de travaux se profile.

21

La Thalassa et son hôtel Novotel spa de 173 chambres sont un atout économique et touristique majeur en Bretagne. La structure a été rachetée au printemps dernier par la filiale hôtellerie du groupe rennais For-Bzh, dirigé par l’homme d’affaires Christian Roulleau.

Christian Roulleau @credit twitter rennesmetropole

Après six mois d’ouverture, tous les indicateurs sont au vert, alors qu’un important programme de travaux est prévu fin 2022.

Sept mois de fermeture

Accrochés aux rochers de la station balnéaire avec une vue imprenable sur la mer et les remparts de Saint-Malo, la Thalassa et son hôtel 4 étoiles ont, comme de nombreux hôteliers, beaucoup souffert de la crise sanitaire. La covid-19 et le confinement sont passés par là : après un trou d’air lié à sept mois de fermeture, l’établissement thermal dinardais a rapidement repris des couleurs dès sa réouverture, après s’être adapté aux consignes sanitaires. « La reprise a été satisfaisante, avec une excellente saison à tous les niveaux et un taux de remplissage historique (+5 % sur juillet et août), malgré une météo estivale capricieuse, explique Bruno Vilt, le nouveau directeur. Une hausse, grâce aussi au report de cures de 2020, qui a généré une augmentation de l’ordre de 50 % du chiffre d’affaires ».

L’Arsaour ouvert

La clientèle, en majorité française, « avait envie de se faire plaisir et a consommé dans les établissements côtiers, comme le nôtre avec plus de séjour thalasso incluant soins et cures ». Après un très bon mois de septembre, « où nous enregistrons plus de 12 % sur l’activité institut, l’arrière-saison est très prometteuse », poursuit Bruno Vilt, qui vient juste de rouvrir, dans une atmosphère zen, le restaurant « L’Arsaour » (NDLR : « Nuances de saveur » en breton) dont le concept repose sur le partage, la découverte, et le mariage de la saison, de la région et du frais. (…) Lire la suite sur Le Télégramme (réservé abonnés – article payant)

Publicité 4