Social | Les petites mains des grands hôtels

14

Dans les hôtels de luxe, les femmes de ménage sont aussi soumises à des cadences infernales. Au point que certaines profitent de l’heure du déjeuner pour fuir. Ainsi qu’on le constate dans une résidence de prestige de la Côte basque.

l est 8 h 30, au rez-de-chaussée d’une résidence hôtelière « prestige » de la Côte basque. Dehors, les touristes profitent de l’air marin, de la plage et du soleil après de longues semaines de confinement dues à la pandémie. L’activité bat son plein : les quelque deux cents appartements et chambres d’hôtel de la résidence affichent complet. Âgées de 18 à 57 ans, les femmes de ménage récupèrent leurs feuilles de travail du jour. L’objectif n’est pas tant de nettoyer réellement les chambres que de « montrer qu’on est passé », explique Mme Michelle T., une femme de ménage proche de la soixantaine, qui livre volontiers quelques précautions et « astuces » : ne pas oublier de baisser le couvercle des W.-C., faire briller la robinetterie, retourner le pommeau de douche, fermer les rideaux.

Publicité 3