Ces nouveaux lieux parisiens qui séduisent autant les habitants que les voyageurs

Fini, les pièges à touristes ! Resto, hôtels, tiers-lieux... Les acteurs du tourisme s'organisent pour proposer une offre riche et attractive afin de séduire les étrangers comme les locaux.

18

“Rendez-vous à 14 heures à la sortie du métro Corvisart.” Direction la Butte-aux-Cailles pour une balade street art de deux heures. “Cette visite permet d’en apprendre un maximum sur cet univers artistique dans un Paris ‘village’ que l’on prend rarement le temps de parcourir.” Camille Hédouin, fondatrice de “Voulez-vous Paris avec moi ?”, propose des excursions autour de l’art urbain dans différents quartiers de la capitale depuis un peu plus de trois ans. Sa spécificité : des promenades en petits groupes conçues pour les familles, ludiques, interactives et insolites. Bansky, Smile, Miss Tic, Seth, Wabi Sabi, Toctoc… D’artiste en artiste, le public découvre le mouvement, son histoire et ses différentes formes. Au passage, cette amoureuse de Paris glisse quelques anecdotes sur l’architecture environnante, mais aussi ses adresses gourmandes. Le principe de ce type de parcours : dévoiler un Paris hors des sentiers battus.

Vie de quartier

Après des mois d’enfermement, la tendance gagne du terrain. L’Office du tourisme et des congrès de Paris et la ville de Paris organisent ainsi le festival “Cet été, laissez-vous guider !”. Du 15 juillet au 15 août, habitants et touristes pourront découvrir les quartiers d’un autre oeil au travers de balades sur les thèmes du cinéma, du romantisme, de l’architecture et même du sport. Dans cet objectif de séduire une clientèle parisienne avide d’évasion, le groupe Accor multiplie également les initiatives, comme l’organisation d’un concert à l’hôtel Pullman Tour Eiffel le soir du 14 juillet. Au programme ce soir-là : spectacle, dîner gastronomique concocté par le chef Pierre Sang, une nuit à l’hôtel et un petit déjeuner continental. A Saint-Martin, dans le Xe arrondissement, l’hôtel Le Grand Quartier propose lui aussi, dans son jardin, des spectacles à découvrir depuis sa chambre.

George V propose quant à lui à ses clients sportifs d’effectuer un “jogging culturel” matinal, soit un parcours de 9 kilomères environ permettant de découvrir les beaux points de vue au lever du soleil. Côté gastronomie, l’établissement a également revisité la carte de son restaurant, La Galerie. Imaginée par le chef Alan Taudon, celle-ci met à l’honneur des plats traditionnels français, avec des produits sourcés localement, qui attirent tout autant les voyageurs que les locaux en quête de saveurs familières. C’est aussi le parti pris d’Amandine Chaignot. Dans un autre style, la cheffe vient d’ouvrir à Montmartre le Café de Luce, un bistrot axé sur une cuisine 100 % française et traditionnelle. Au menu : cuisses de grenouilles, tartare de boeuf de Salers, tarte aux pommes de sa grand-mère…

Expériences nouvelles

“Nous sortons d’un long tunnel, témoigne Antoine Dubois, directeur marketing et expérience client Europe du Sud au sein du groupe Accor. Durant cette période, la clientèle parisienne s’est intéressée à tous les lieux ouverts qui proposaient des expériences à moins de 10 kilomètres. Le principe du staycation [NDLR : dormir à l’hôtel près de chez soi] a réveillé l’idée qu’il y a des hôtels où l’on peut dîner et y passer une nuit. Cela a éveillé les Parisiens à une offre qu’ils n’estimaient pas. Alors, au moment de la réouverture des terrasses, des bars et des restaurants, pour célébrer la liberté retrouvée, nous poussons maintenant les voisins à venir déjeuner et dîner chez nous.” Et ce, au travers de nouvelles ambiances, adaptées à la localisation des établissements : Pedzouille sur le toit du Novotel de la porte de Versailles avec sa carte franchouillarde et sa vue imprenable sur la tour Eiffel, Jo & Joe à Nation et Gentilly, pour une ambiance jeune, cosmopolite et décontractée…

Réunir les voyageurs et les Parisiens est le concept même d’Evok Hôtel (Brach, Sinner, Nolinski, Cour des Vosges…). “Cela fait partie de notre ADN. Nous avons toujours eu l’ambition de faire de chaque établissement des lieux imprégnés de leur quartier, de leur environnement avec leur clientèle locale, commente Emmanuel Sauvage, cofondateur du groupe. Cette mixité est impérative : économiquement, c’est plus viable – les derniers mois nous l’ont prouvé – et surtout, cela amène une vie énorme.” Sans compter la puissance des réseaux sociaux, comme Instagram, qui “apportent une image de joie et de rencontres”, poursuit-il. Brach a ainsi redynamisé le XVIe arrondissement, avec une salle de sport de 2 000 membres, un restaurant animé, un potager, un rooftop végétalisé et une programmation très riche : prix littéraire, pop-up store, DJ set… “Les voyageurs, eux,(…) Lire la suite sur L’Express