Après un été meilleur que prévu, l’hôtellerie s’attend à une dure rentrée

17

Après un été meilleur que prévu, l’hôtellerie s’attend à une dure rentrée
« La situation de l’hôtellerie française est dramatique ! », se désole Hervé Becam, vice-président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH). Il faut dire qu’avec le transport aérien, le secteur de l’hôtellerie a été l’un des tout premiers à faire les frais de l’avancée de la pandémie de Covid-19. Les chiffres sont révélateurs. D’une année sur l’autre, le revenu par chambre (RevPar), l’indice qui mesure l’activité des hôtels, s’est effondré en France. Sous l’effet de la crise sanitaire, « il a reculé de près de 35 % par rapport à 2019, tandis que le taux d’occupation des chambres s’est, lui, replié de 55 % à 60 %. C’est énorme », relève M. Becam.