Incendie à Courchevel en 2019 : « La mise en examen du propriétaire du bâtiment est un soulagement »

La mise en examen du propriétaire de cet ancien hôtel est une très bonne nouvelle pour les victimes et leurs familles. Elles sont en revanche très en colère après avoir appris que le principal suspect, l'homme qui aurait mis le feu au bâtiment, est en fuite.

30

Les victimes de l’incendie de Courchevel réagissent après la mise en examen du propriétaire du bâtiment. Le 20 janvier 2019, deux saisonniers logés dans cet ancien hôtel sont morts, vingt-quatre personnes ont été blessées.

@credit Le Dauphiné Libéré

Plus de deux ans et demi après ce tragique incendie, l’homme d’affaires Eric Claret-Tournier, bien connu dans la station, est mis en examen pour « homicide et blessures involontaires par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence ayant entraîné une incapacité totale de travail de plus de trois mois », « non-respect des règles d’entretien et de sécurité des bâtiments d’habitation », et « hébergement de travailleurs dans un local non conforme ».

« Cette mise en examen, c’est un soulagement « 

« On est heureux que cette mise en examen du propriétaire soit enfin là, il était grand temps » explique André Casella, qui est descendu du 3e étage du bâtiment en s’agrippant à la façade le jour de l’incendie. C’est un traumatisme psychique insurmontable pour ce chef pâtissier isérois qui met en cause depuis le début la vétusté du bâtiment et les multiples manquements à la sécurité. « Il n’y avait rien comme en termes de sécurité dans cet immeuble, aucune alarme incendie, des extincteurs vides ; une seule alarme aurait pu sauver des vies ».

« Ca nous redonne un peu confiance en la justice » – André Casella

« Il n’y avait pas même pas d’accès possible aux issues de secours, c’était quelque chose d’immonde et c’est inacceptable » ajoute Alain Corci, le père d’Ambre, saisonnière très gravement blessée lors de cet incendie.

« On avait l’impression d’une justice à deux vitesses, une pour les pauvres et une pour les riches comme Eric Claret-Tournier » – Alain Corci

« Cette mise en examen on l’attendait depuis longtemps et c’est une très bonne nouvelle« . La fille d’Alain Corci, âgée de 28 ans, aura de graves séquelles à vie. « Il y a eu des rapports accablants sur la vétusté, le manque de sécurité dans ce bâtiment et on le dit depuis le début ».


« Un sentiment de haine et de dégoût » face à la cavale du principal suspect

Le principal suspect, l’homme qui aurait mis le feu au bâtiment, est en fuite. Il avait été libéré en avril dernier à cause d’un vice de procédure et placé sous contrôle judiciaire mais il ne l’a pas respecté. Il est aujourd’hui en cavale et c’est « intolérable » pour les victimes de l’incendie de Courchevel et leurs familles.

« C’est un sentiment mélangé entre haine et dégoût de voir que le principal suspect a été libéré suite à deux erreurs de la justice » explique Alain Corci. « Quand il a été libéré, on a tout de suite dit qu’il allait disparaître et c’est ce qu’il a fait et ça nous révolte ».

« Le fait que le principal responsable de cet incendie soit en fuite, c’est une frustration insupportable  » – Alain Corci

« Toutes les victimes toutes les familles ont besoin de réponses et quand il y aura un procès, il ne sera pas dans le box des accusés et ça c’est intolérable de la part de la justice« .(…) Lire la suite sur France Bleu

Publicité 4