Deliverect lève 150 millions de dollars pour automatiser la gestion des commandes en ligne

Le nombre d'applications par lesquelles il est possible de commander en ligne un repas sont très nombreuses. Pour faciliter la tâche des restaurateurs, Deliverect propose une solution SaaS regroupant et automatisant la gestion des commandes provenant de diverses applications. Après les restaurants, la start-up entend séduire les magasins de proximité et les épiceries.

18

Deliverect, pépite belge spécialisée dans la gestion et l’exécution des commandes en ligne des restaurants, a annoncé le 25 janvier 2022 avoir levé 150 millions de dollars. Une levée de fonds en série D menée auprès de Coatue Management LLC et Alkeon Capital Management, ainsi qu’auprès de ses investisseurs existants OMERS Ventures, DST Global, Redpoint Ventures, Newion et Smartfin. Deliverect a levé un total de 240 millions de dollars depuis sa création en 2018 et assure être valorisée 1,4 milliard de dollars à l’occasion de ce tour de table.

SÉDUIRE ÉPICERIES ET MAGASINS DE PROXIMITÉ
La start-up belge propose une solution disponible sur abonnement qui intègre les plateformes de commande en ligne tierces dans les systèmes de points de vente des restaurants. L’objectif est d’automatiser les flux de commandes passées sur Uber Eats, Deliveroo, Foodora, Shopify et les autres, en les agrégeant sur une interface unique.

Dès son lancement, la start-up a bénéficié d’un contexte favorable avec le Covid-19 et la fermeture des restaurants les poussant à se tourner vers la livraison. Aujourd’hui Deliverect revendique parmi ses clients KFC France, Big Mamma, Croq Michel by Michel Sarran, Bocuse Original Comptoir, etc.

La start-up assure avoir reçu presque 100 millions de commandes et avoir traité 1,5 millions de commandes par semaine en 2021, soit une augmentation de 300% en moins d’un an. Avec cette levée de fonds, et sans grande surprise, Deliverect affirme vouloir accélérer sa croissance. La pépite veut aussi renforcer son implantation en France, un marché jugé stratégique.

UNE APPLICATION DÉDIÉE (…) Lire la suite sur L’Usine Digitale

- Publicité 4 -