jeu 30 juin 2022
16.2 C
Paris

Accor : chambre avec longue vue

Accor reste en retard sur le rattrapage des valorisations de l'industrie hôtelière. L'extériorisation d'une création de valeur de plus d'1,2 milliard d'euros en six mois sur sa filiale de boutiques-hôtels Ennismore n'a pas suffi à convaincre la Bourse en l'absence d'autres catalyseurs à court terme qu'un été annoncé comme record.

Must read

L’hospitalité, cette vertu et ce bonheur balzaciens du « Médecin de campagne », fait plutôt penser à l’hôpital dans les portefeuilles.

L’industrie du voyage et des loisirs demeure la lanterne rouge des performances boursières sectorielles de l’indice Stoxx depuis l’apparition de la Covid-19 (-30,7 % dividendes réinvestis). Les bonnes réservations ne font pas des investisseurs heureux comme en témoigne Accor.

Le revenu par chambre du sixième aubergiste mondial est revenu, en moyenne en mai, à l’étiage de celui d’il y a trois ans, et il s’oriente vers un été record. Mais sa valeur d’entreprise, incluant la dette nette, se traîne 16 % en-dessous de celle du 1er janvier 2020, quand ses concurrents anglo-saxons, InterContinental Hotels Group (IHG), Marriott et Hilton l’ont rejoint ou dépassé.

Même son partenaire chinois, Huazhu, n’est plus très loin d’avoir effacé en Bourse une crise sanitaire qui continue d’imprimer sa marque à toute l’Asie, l’une des raisons du retard d’Accor. (…) Lire la suite sur Les Echos

SourceLes Echos
- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :