jeu 30 juin 2022
16.2 C
Paris

Canada | La hausse des prix se généralise dans les restaurants

De plus en plus de restaurateurs augmentent les prix de leurs menus pour compenser la hausse du coût des aliments et faire face aux coûts des mesures sanitaires imposées par la COVID-19. Le restaurant de Sherbrooke Chez Louis, par exemple, a vu sa caisse d’huile à friture passer de 31 à 54 $ et sa tranche de bacon qui était à 8 ¢ coûte maintenant entre 40 et 50 ¢, rapporte le Journal de Montréal. La tendance est la même pour les produits d’emballage : la boîte de fourchettes habituellement à 14 $ vaut à présent 29 $.

Must read

Le vice-président aux affaires publiques et gouvernementales de l’Association Restauration Québec (ARQ), François Meunier, souligne que certains restaurateurs doivent débourser entre 5 000 et 6 000 $ pour les coûts rattachés aux mesures sanitaires comme les masques, les visières, les plexiglas, les affichages et les désinfectants. « Dans le contexte actuel, ce n’est pas tout le monde qui a pu conserver le même pouvoir d’achat, souligne-t-il au journal Le Soleil. Il faut trouver un juste équilibre pour à la fois assurer le niveau de rentabilité des entreprises et tenir compte de la capacité des clients à payer. »

Des changements dans les menus

La salle à manger de la Brasserie Griendel, à Québec, est passée de 120 places assises à 45, et son copropriétaire évoque au Soleil une hausse des prix des fournisseurs de 7 à 12 % en moyenne. Il a donc revu à la hausse le prix de certains plats, en a baissé d’autres en changeant leur composition pour être rentable et il facture maintenant les à-côtés comme les frites et salade.

L’établissement montréalais spécialisé dans les hamburgers Les Trois Garçons ajoute que les fournisseurs de viande ont augmenté leurs prix de 5 % depuis la pandémie. Cela s’expliquerait par la fermeture et la réduction de production de plusieurs usines de transformation de bœuf en avril et mai, en raison de la COVID-19. « On a augmenté un petit peu les prix et on a modifié les quantités dans les assiettes pour que ce soit plus rentable », raconte le directeur Gratien Bonnery.

Une inflation à 4,1 %

Cette hausse des prix s’explique notamment par l’inflation. « L’an passé, les prix ont été anormalement bas dans plusieurs secteurs, soutient le directeur du département d’économie de l’Université de Sherbrooke, Mario Fortin, au Journal de Montréal. On peut penser à l’essence, par exemple. Comme les gens se déplaçaient beaucoup moins, et que la demande était moins forte, les prix ont chuté. Ce qui a fait en sorte que l’inflation en 2020 était pratiquement nulle. » (…) Lire la suite sur HRImag

- Advertisement -spot_img

More articles

- Advertisement -spot_img

Latest article

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :