Un nouvel hôtel Accor “seconde chance”, particulièrement atypique a discrétement ouvert en test à Lyon-Perrache : Greet

C’est un hôtel hors des clous habituels du groupe Accor qui en est à l’origine qui a ouvert dans la plus totale discrétion à Lyon, en mars dernier, ce qui est bien compréhensible en ces temps de pandémie où un hôtel sur deux restait fermé : Greet. Ses maître mots : l’accueil, respect de l’environnement et l’économie circulaire. Basé dans le quartier Perrache et comptant 79 chambres, il accueille aussi un restaurant à forte tendance jazzy, “Mademoiselle Simone” et deux terrasses…

15

L’hôtel Kyriad qui était installé non loin de la Brasserie Georges, cours de Verdun dans le quartier Perrache à Lyon, n’est plus.

Il a été remplacé le 1er mars dernier par un établissement doté d’une enseigne toute nouvelle-elle est née en 2019- qui ne résonne pas encore familièrement : “Greet” bien qu’il appartienne au 1er groupe hôtelier français : Accor.

Pas de doute, c’est d’abord un hôtel 3 étoiles, aux chambres confortables, joliment décorées.

La nouveauté du concept porte sur l’accueil, la décoration, le mobilier, l’état d’esprit.

L’accueil d’abord n’a rien de classique. Il n’y a pas de desk où le personnel debout accueille le client. Celui-ci lorsqu’il fait irruption valise en main arrive n’arrive pas dans un lobby classique, mais dans une grande salle abondamment décorée, au fond de laquelle trône une mini-boutique.

Une fois accueilli, le client est invité à s’asseoir dans un fauteuil, à côté, tablette en main, la personne préposée à l’accueil procède à l’enregistrement de l’hôte de manière empathique et décontractée. “Nous avons voulu, à travers ce concept redonner toute sa place à ce qui fait le sel de notre métier : l’accueil”, décrit Marie Diévart.

“ D’où ce nom de Greet, “ saluer”, qui illustre toute l’importance que l’on veut donner à l’accueil”, insiste la directrice de l’établissement que l’on sent passionnée par l’expérience. D’autant, précise-t-elle que “le Greet ” de Lyon fait partie des établissements qui permettent de tester le concept. Il n’y a pour l’heure que quatre “Greet” en France. Il y en aura dix à la fin de l’année. Beaucoup plus sans doute après si ce nouveau concept accroche, ce qui semble être le cas, mais il faut pour s’en convaincre que le monde hôtelier retrouve la normalité

“Une hospitalité non standardisée”

Outre l’accueil, le concept est basée sur le respect de l’environnement, “une philosophie de vie, anti-gaspillage, avec la volonté de donner une seconde chance aux objets”, décrit la directrice.

“Avec Greet nous voulons offrir un séjour confortable, économique et respectueux de l’environnement, tout en étant plongé dans un univers unique. Greet complète le portefeuille des marques économiques d’Accor en offrant une expérience d’hospitalité non standardisée guidée par une mission de bien-être proche des gens, de l’environnement et de l’hospitalité positive…”, résume en quelques lignes la communication du groupe hôtelier.

Pour cela, Marie Diévart et son équipe d’une dizaine de salariés ont eu le temps pendant la pandémie de redonner vie à des objets qui n’ont plus d’utilité, pratiquant le recyclage d’objets à haute dose.

Une fois la porte d’entrée franchie, les visiteurs découvrent, du lobby aux chambres, un décor composé d’objets recyclés, chinés ou détournés de leur utilisation d’origine.

Marie Diévart a d’ailleurs eu le temps d’organiser des « ateliers seconde chance » avec son équipe, pendant la pandémie pour transformer l’hôtel et travailler sa décoration en amont de l’ouverture.

L’hôtel s’est progressivement métamorphosé, pièce par pièce : création de macramés à partir d’anciens poufs en corde, signature et installation de vinyles métamorphosés en patères dans les chambres, recyclage d’une ancienne armoire à pharmacie en miroir de salle de bain…

Le résultat est un savant mélange de décoration seconde chance, objets chinés localement, et créations artisanales.

De même, la volonté est de rendre chaque chambre unique, avec des éléments de décorations qui peuvent paraître surprenants et assurément variés.

Les consoles sur-mesure, pièces maîtresses, ont quant à elles été travaillées avec la complicité de Fermob, le fabricant français de mobilier et accessoires d’extérieur, basé dans l’Ain. Elles sont recouvertes de mosaïques dessinées et composées sur mesure.

De la même manière, un partenariat avec La Fabrique, une ébénisterie locale, a donné vie à des tables d’hôte en bois recyclé et retravaillé, et des objets chinés chez Emmaüs ont été disposés aux quatre coins de l’hôtel.

Un restaurant jazzy (…) Lire la suite sur Lyon Entreprises