Sous la loupe de Paris Match : Hôtel Bel Ami à Paris

Paris VIème. Le coeur de Saint Germain des Près bat dans la rue Saint Benoît. Voici l’Hôtel Bel Ami, un hôtel Boutique de Charme cinq étoiles, du groupe B Signatures. Son bâtiment, jadis celui de l’imprimerie nationale, imprima en 1885 la première édition du roman éponyme de Guy de Maupassant... Encore avant, la rue Saint Benoît portait une aile de l’Abbaye de Saint Germain des Prés. Rencontre de l’art et du spirituel donc, pour ce joli hôtel dans ce quartier des galeries, du design et de l’édition. Note globale : 7,9/10

42

Le Point fort: l’emplacement ! 8/10

Au centre de l’éternel Saint Germain des Prés, avec ses brasseries historiques, Le Flore, Les Deux Magots, Lipp, et ses boutiques luxueuses. A quelques minutes à pied du Louvre, des jardins du Luxembourg, du Musée d’Orsay, de Notre-Dame ou du Panthéon…

L’hôtel: 8/10

Cet hôtel emblématique de la Rive gauche est chaleureux et calme. Son service est adorable et efficace. Sa décoration très contemporaine a quelque chose de tonique et d’éclectique. On sent que l’art y a sa place, et la littérature aussi, qui promet une flânerie lente, au hasard de ses goûts, entre les nombreuses bibliothèques. C’est un lieu charmant et doux, pas prétentieux mais convivial, amusant et engagé. Engagé par son décor contemporain d’abord, qui contraste avec les autres établissements du 6e arrondissement, plus classiques. Par son service ensuite, où l’intuition joue le rôle de chef d’orchestre. L’ambiance est distinguée mais décontractée et se veut « friendly ». Le Bel Ami est volontaire aussi, par son engagement Clef Verte, label de tourisme durable. Engagé de façon altruiste enfin, l’Hôtel Bel Ami est un point de collecte de l’association Bibliothèques sans frontières… Ses dons de livres ont, entre autres, permis de reconstituer les fonds des bibliothèques de Tunisie après le Printemps arabe.

Les chambres : 8/10

102 chambres dont 5 appartements et 10 suites qui ont toutes en commun leur récente rénovation par le décorateur Pascal Allaman. Il a souhaité “créer un espace ergonomique qui rappelle les panneaux japonais coulissants”. Beaucoup d’affinités artistiques avec les années 50 et de clins d’oeil aux seventies, ainsi qu’à l’ancienne imprimerie, pour une ambiance au final très juste, sans éclaboussure et sans fausse note. Dans les chambres du Bel Ami, on joue la mélodie de l’immobilier. Tout est fonction du format. La chambre classique est à la mesure des ruelles du quartier : petite, mais inoubliable quand on est bien accompagné (l’inverse vaut aussi, certainement !). On apprécie les salles de bains lumineuses, les portes épaisses, la générosité des placards, et les menus d’oreillers… Les chambres supérieures sont très séduisantes. Coup de coeur aussi pour les “appartements”, des suites avec lits supplémentaires escamotables, lave-linge, et parfois, une ravissante terrasse meublée et boisée.

La table : 7/10

Le Bel ami Café, un lieu placé sous les auspices d’une citation de Guy de Maupassant qui veille, en suspension au-dessus des tables : « De toutes les passions, la seule vraiment respectable me paraît être la gourmandise ».

Le Chef, Jérôme Jullion, propose une cuisine parisienne dans ce qu’elle a de plus capitale. Il y ajoute sa modernité gracieuse. Tian de légumes comme une tarte tatin-sorbet roquette en entrée, ou Asperges vertes des Landes, œuf bio parfait, hollandaise en siphon et copeaux de poutargue. En plat, Tataki de bonite, fenouil et agrumes en salade, huile d’olive de Sicile, oulotte au lait de coco. A moins que l’Irish Angus, ratte du Touquet et sauce chimichurri…

Le bar: 8/10

Au Bel Ami Bar, Jeremy Benettayeb, chef barman, ancien du Ritz Londres, du Mandarin Oriental, du Shangri La, du Lutetia… créent des cocktails du nom des personnages de Maupassant. Reconnaît-on mademoiselle de Marelle dans la fraîcheur candide du cocktail sans alcool mangue-ananas-passion ? Ou George Duroy dans cette liqueur de violette mêlée à du sirop de lavande, du gin et du champagne ? Et le Comte de Vaudrec sous le Gin Bombay cardamone, Martini Bitter, Martini Ambrato et Chartreuse Noix de Muscade ?

Vous le saurez en les dégustant, confortablement installé au comptoir ou sous la verrière de cet écrin charmant.

Le Spa Maison Flamel : 8/10 (…) Lire la suite sur Paris Match