Restauration: la livraison, grande gagnante de la crise

Les ventes de pizzas à emporter et burgers ont décollé.

9

Malgré la crise sans précédent que traverse la restauration, la livraison de repas à domicile continue de progresser, et dans son sillage le retrait des commandes en restaurant (click & collect et drive). «Au cours des huit premiers mois de l’année, ces trois circuits enregistrent en moyenne une croissance de 10 %, dont 17 % uniquement pour la livraison», constate Maria Bertoch, expert Foodservice France chez The NPD Group.

Lors des trois premiers mois de leur réouverture (juin, juillet et août), les restaurants n’ont retrouvé que 70 % de leur activité, par rapport à l’an passé. Dans le même temps, le click & collect s’est envolé de 30 % (en nombre de visites), la livraison de 34 % et le drive de 40 %. Les ventes de pizzas à emporter et burgers ont décollé. «La crise sanitaire est un révélateur de tendances, insiste l’experte. Certaines personnes ont testé la livraison pendant le confinement et changé leurs habitudes. Elles sortent moins.» De plus en plus de restaurants se convertissent donc à la formule. Y compris les plus traditionnels avec service à table, qui cherchent à adapter leurs plats au transport à vélo. Malgré ces premiers pas dans la livraison, ces restaurants souffrent bien plus (- 45 % en visites et valeur depuis janvier) que la restauration rapide (- 25 %).

Le télétravail mine toujours le déjeuner

Au global, le secteur est loin d’avoir retrouvé ses niveaux de l’an passé: le télétravail mine toujours le déjeuner ; les «plus de 55 ans» hésitent à sortir. De janvier à août, le chiffre d’affaires de la restauration a fondu de plus d’un tiers, selon NPD. La fermeture des restaurants imposée à Marseille et Aix-en-Provence a tué les espoirs de reprise. Même avec les aides d’État (PGE, chômage partiel, exonérations de charges…), les plus fragiles sont condamnés.

Publicité 3