Restaurants, cafés, hôtels : Bruno Le Maire élargit l’accès au fonds de solidarité dès juin

Le gouvernement va "améliorer le fonds de solidarité à partir de début juin", a annoncé ce lundi 3 mai Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie et des Finances. Tous les secteurs qui rouvriront partiellement seront éligibles à ce fonds, quelles que soient leurs pertes de chiffre d'afffaires.

9

Des perspectives en attendant la réouverture, voilà ce qu’a présenté ce lundi 3 mai le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire. Alors que la France entre dans la première phase d’un nouveau déconfinement, avec notamment la levée des limites de déplacements, il faut encore attendre jusqu’au 19 mai pour retrouver les terrasses des cafés, bars et restaurants. Pour accompagner ces secteurs qui rouvriront progressivement au cours des prochaines semaines, Bruno Le Maire a détaillé sur RTL les mesures d’accompagnement. “Nous allons améliorer le fonds de solidarité à partir de début juin“, a-t-il affirmé. Ainsi, jusqu’à la fin de l’été tous les secteurs qui rouvriront partiellement seront éligibles à ce fonds, et “quelle que soit votre perte de chiffre d’affaires“.

Jusqu’ici, pour bénéficier du fonds de solidarité, les entreprises devaient “perdre 50% de [leur] chiffre d’affaires ou être fermées administrativement“. À compter de juin, l’accès au fonds de solidarité s’élargit afin d’encourager la réouverture.

Un montant d’indemnisation dégressif sur trois mois

Pour le moment, le chiffre d’indemnisation n’a pas encore été défini. Le gouvernement souhaite établir des aides sur-mesure et doit rencontrer cette semaine les professionnels du secteur. Des discussions qui débutent dès ce lundi : les professionnels du secteur de l’hôtellerie-restauration sont reçus dans l’après-midi à Bercy, avant une réunion demain avec les représentants du secteur de l’événementiel.

Si le montant des aides n’est pas encore annoncé, l’on sait déjà qu’il sera dégressif sur trois mois (juin, juillet et août). Le ministre de l’Économie entend réaliser fin août des “clauses de rendez-vous” avec les professionnels des secteurs de l’hôtellerie-restauration, de la culture, du sport et de l’événementiel. Il s’agira alors de  voir si “des aides complémentaires” sont nécessaires ou “si l’activité a vraiment repris” et qu’il n’y a “plus besoin de l’aide de l’État“. (…) Lire la suite sur Actu.fr