Rémy Ostermann, président de KNX France et Béatrice Gravier, directrice du salon EquipHotel

La crise sanitaire a mis un coup d’arrêt aux investissements dans le secteur hôtelier. Avant la crise, les solutions dites de « Smart Hotel » avaient le vent en poupe, des systèmes de « Room Control » aux solutions plus globales de performance énergétique et opérationnelle. Plus que jamais, ces enjeux de digitalisation et de réduction des consommations des hôtels constituent un facteur différenciant pour faire revenir les clients en améliorant leur expérience, mais aussi pour augmenter la flexibilité du bâtiment et des process, facteurs clés de succès pour préparer la sortie de crise, comme nous l’explique Béatrice Gravier, directrice du salon EquipHotel, et Rémy Ostermann, président de KNX France.

21

Pouvez-vous nous présenter Equip Hotel ?
Béatrice Gravier –
 Le salon Equip Hotel rassemble tous les acteurs de la chaîne de valeur des hôtels, mais aussi des restaurants. Les visiteurs peuvent y retrouver différents pôles, comme la cuisine, le design, le bien-être, la technologie et les services, ou encore l’aménagement, avec des sujets liés au bâtiment ou à la performance énergétique. Le salon rassemble tous les deux ans plus de 1 500 exposants, dont 40 % venant de l’étranger et 110 000 participants d’une centaine de nationalités. Parmi les visiteurs, nos trois cibles principales sont les hôteliers et restaurateurs, mais aussi les prescripteurs qui représentent près de 30 % du visitorat, dont 15 % d’architectes, et l’ensemble des métiers de services qui gravitent autour des hôtels et restaurants.

Pouvez-vous nous présenter l’association KNX France ?
Rémy Ostermann – La mission de KNX France est de contribuer à apporter des solutions pour satisfaire les enjeux de transition énergétique. KNX France vise à donner une réponse claire à l’ensemble des maîtres d’ouvrage ou des investisseurs pour qu’ils puissent trouver tout un écosystème de produits, composé sur la base d’un protocole mondial et de partenaires capables d’assister la conception, la mise en œuvre et la maintenance des bâtiments. Notre rôle est d’être acteurs de la transformation énergétique et de proposer des solutions au marché. Nous souhaitons apporter une réponse durable à travers un ensemble d’acteurs : constructeurs qui mettent à disposition les offres, intégrateurs qui accompagnent les filières, aussi bien électrique que génie climatique, mais aussi centres de formation qui permettent de faire monter les filières en compétences. KNX est un protocole interopérable et évolutif par certification.

Quels sont les enjeux de performance énergétique et opérationnelle des hôtels ?
Béatrice Gravier –
 Il s’agit de véritables sujets pour les gestionnaires. Le secteur hôtelier est très énergivore, notamment à cause des systèmes de chauffage, de ventilation, de climatisation et d’eau chaude sanitaires, mais aussi des piscines, des spas… Il s’agit d’un levier économique important, car l’énergie coûte cher. Nous sommes encore au début du mouvement, mais nous observons une réelle prise de conscience de ces enjeux de la part des professionnels du secteur, pourtant en retard par rapport à d’autres pans de l’économie. De plus en plus de professionnels se lancent dans le management énergétique, ce qui ne constituait pas réellement un enjeu il y a encore quelques années. Cette tendance se retrouve sur le pôle bâtiment d’EquipHotel, où le sujet du bâtiment durable prend de plus en plus de place.

Rémy Ostermann – Nous pouvons distinguer deux éléments. Le premier concerne la performance énergétique, avec des enjeux directement liés au développement durable. Pour les hôteliers, l’enjeu est double. Il s’agit d’une part d’afficher son engagement environnemental sur la gestion des émissions de CO2 en améliorant l’expérience client. D’autre part, l’objectif est de diminuer les consommations du bâtiment pour réduire la facture énergétique. Ensuite, concernant les enjeux de performance opérationnelle, l’objectif est de mettre à disposition des informations aux différentes équipes d’exploitation pour optimiser leur temps et leur permettre d’intervenir au bon endroit et au bon moment. Cette mise à disposition des informations s’organise autour d’un système d’automatismes et de contrôle intégré, ouvert et interopérable, qui permet d’apporter une palette de services et du confort aux occupants.


« Les hôteliers qui parient sur l’écologie et la réduction de l’empreinte environnementale de leur hôtel se sortiront plus vite de la crise. »

Béatrice Gravier


Le décret tertiaire fixe l’obligation d’améliorer la performance énergétique des établissements hôteliers, au même titre que l’ensemble des bâtiments tertiaires, et le décret BACS prévoit l’obligation d’installer un système de GTB avant janvier 2025 pour les hôtels dont la puissance de climatisation et de chauffage cumulée dépasse les 290 kW. Comment les hôteliers s’emparent-ils de ces sujets ? (…) Lire la suite sur Filière3E