Opinion | Les meilleurs services de blanchisserie d’hôtel au monde

La plupart en font un travail décent, mais une poignée d'hôtels en font un art Please use the sharing tools found via the share button at the top or side of articles. Copying articles to share with others is a breach of FT.com T&Cs and Copyright Policy. Email licensing@ft.com to buy additional rights. Subscribers may share up to 10 or 20 articles per month using the gift article service. More information can be found at https://www.ft.com/tour. https://www.ft.com/content/cc365351-d8ac-4a48-914e-d22748ee351b Lorsqu'en 1962 mon père a pris son premier vol long-courrier, de Paris à New York puis à Mexico, il portait son plus beau costume pour le voyage. Il n'y avait qu'une seule autre personne dans la cabine de première classe de l'Air France 707, et il transportait trois costumes à porter à différents moments du vol, dont une cravate noire pour le dîner au-dessus de l'Atlantique. Mon père se sentait nettement sous-habillé.

17

(automatic translation- Google)
Alors que les voyages modernes imposent un peu moins de formalités et beaucoup moins de bagages, je partage le point de vue de mon père (et de son compagnon de voyage) selon lequel il faut toujours avoir l’air élégant. Voyagez léger et voyagez toujours sans froisser – cela vous fait vous sentir mieux. Un esprit sain dans une tenue bien repassée. Les blanchisseries d’hôtel sont un outil essentiel pour le voyageur qui souhaite suivre cette maxime – elles sont structurellement aussi importantes que le sac à roulettes parfait ou la bonne prise d’adaptateur.

Et, un peu comme un restaurant d’hôtel, le service de blanchisserie d’un hôtel peut être soit une nécessité sinistre, soit une raison en soi d’y séjourner. Il existe une variété déconcertante dans ces services de blanchisserie. À l’extrême, la lessive peut être un endroit pour dire au revoir à ses vêtements. Une fois, dans un hôtel de Maputo, je me suis retrouvé à devoir partager mes chaussettes et mes sous-vêtements avec un collègue, un incident de liaison forcée et excessive au bureau. Dans certaines parties des tropiques, j’ai trouvé mes colliers Turnbull & Asser coupés avec précision refaçonnés en quelque chose de mieux adapté à Fun in Acapulco qu’à la réunion solennelle à laquelle j’étais venu assister.

Ensuite, il y a ces hôtels dont les blanchisseries imprègnent les vêtements d’un « nez », sans doute en raison de la proximité des cuisines de l’hôtel, ou même soumettent au tabagisme passif – la lessive comme danger pour la santé. Et inévitablement, chaque visite à la blanchisserie semble engendrer une catastrophe écologique mineure : trois mètres d’emballage plastique glissant pour chacun de coton Sea Island. Une bonne blanchisserie d’hôtel doit comprendre ses vêtements, écouter les consignes (quantité d’amidon, netteté des plis, etc.), être fiable et ponctuel. Heureusement, la plupart des bons hôtels gèrent cela. De temps en temps, cependant, on tombe sur un service de blanchisserie qui est si bon qu’il est bon de se mettre de bonne humeur, de faire aimer la vie malgré le décalage horaire.

Deux hôtels se distinguent par leurs services de blanchisserie : le Palace Hotel à Tokyo et Le Bristol à Paris. Chacun élève l’acte de nettoyer les vêtements à celui d’ablution vestimentaire. Il est difficile de décrire ce qu’il advient de ses chemises au Tokyo Palace Hotel. Peu importe leur âge et leur fatigue à l’arrivée, quelques heures plus tard, ils reviennent comme s’ils venaient de passer trois semaines sur le lac de Constance. Tout est dans l’amidon, je pense – de l’amidon de maïs pur, appliqué généreusement mais aussi incroyablement léger, donnant au tissu du volume, de la tenue et de la douceur mais jamais de la rigidité. Les cols et les poignets semblent également connaître une renaissance, ravivant l’histoire d’amour à trois entre chemise, cravate et boutons de manchette.

Au Palais, le linge est retourné enveloppé dans du papier japonais plié, léger mais précis, lâchement attaché avec un ruban. (Le journal se prête aussi parfaitement à l’emballage.) Je dois admettre avoir, une fois, gardé une chemise lavée par Palace pour une occasion spéciale à la maison. La blanchisserie du palais de Tokyo est aussi un phénomène très japonais. Lorsque j’ai interrogé l’hôtel sur son service de blanchisserie, on m’a répondu que « avoir une demande de blanchisserie signifie qu’on nous fait confiance pour sauter dans l’espace très personnel et privé du client (et certains clients japonais hésitent à utiliser le service de blanchisserie), nous veillons donc à répondre à la confiance que le client nous a accordée ».

En Europe, Le Bristol à Paris fait le mieux la lessive. Toujours impeccable, avec des boutons remplacés et des réparations effectuées ; le sens de l’attention personnelle et réfléchie qui imprègne chaque aspect de l’hôtel tangible dans son service de blanchisserie également. Confier ses vêtements à la femme de ménage immaculée (et parfaitement amidonnée) du Bristol est une expérience profondément rassurante : voici mon vêtement adoré, je sais que vous le traiterez comme si c’était le vôtre. Le Bristol atteint ce niveau de service en ayant sa propre laverie interne sous l’hôtel (parfois aperçue depuis la rue du Faubourg Saint-Honoré) gérée avec la précision d’une grande cuisine.

Comme l’explique Aurélie Martin, chef de chambre de l’hôtel, la blanchisserie emploie pas moins de neuf personnes : six teinturiers pour s’occuper des différents articles reçus et trois « runners » qui travaillent à la préparation et à la livraison des vêtements nettoyés. Ici aussi, le linge magnifiquement fini réapparaît enveloppé non pas de plastique mais de papier de soie. (…) Lire la suite sur The Financial Times 

Publicité 4