À l’origine, il y a ce bâtiment « brutaliste » construit en 1970, laissé à l’abandon pendant vingt ans dans une ville qui ne savait pas trop quoi en faire. Jusqu’à ce qu’un architecte rachète le terrain en 2019 pour en faire, en partenariat avec une agence new-yorkaise, le premier hôtel zéro carbone des États-Unis. L’Hôtel Marcel (du nom de l’architecte qui a construit le bâtiment en 1970, Marcel Breuer) de la chaîne Hilton ouvrira ses portes le 19 mai à New Haven, dans le Connecticut.

Comment ça marche ? C’est simple. L’hôtel fonctionne au 100% électrique. Le New York Times explique que des panneaux solaires installés sur le toit fournissent tout le bâtiment en énergie. Les murs en béton épais, dont l’esthétique brutaliste pouvait laisser perplexe, s’avèrent fort pratiques : associés à un système de triple-vitrage, ils permettent d’optimiser l’isolation de l’hôtel. La cuisine du restaurant de l’hôtel fonctionne elle aussi uniquement à l’électricité. Et sur le parking, douze chargeurs Tesla ont été installés pour permettre aux voyageurs de faire le plein – toujours sans énergies fossiles.

Plus verte sera mon hôtellerie !

En matière de transition énergétique, le bâtiment est un chantier colossal : le secteur représente à lui seul 40% de la consommation d’énergie mondiale. Derrière le transport, c’est lui qui émet le plus de gaz à effets de serre. La rénovation des hôtels fait partie des enjeux. Et si l’Hôtel Marcel est une première pour l’Amérique, plusieurs pionniers à travers le monde se sont déjà mis au vert.

En Autriche, dès 2009, un hôtel a atteint la neutralité énergétique, tout en recyclant 100% de ses déchets. Au Royaume-Uni, dans le centre de Londres, a ouvert l’année dernière un hôtel neutre en carbone. Plus ambitieuse encore, la Norvège ouvrira en 2024, au pied d’un glacier, un hôtel autosuffisant qui dégagera même un excédent d’énergie. Le Svart Hotel, de forme circulaire pour exploiter au mieux l’énergie solaire à toute heure de la journée, s’affiche volontiers comme « l’hôtel le plus écolo du monde » . (…) Lire la suite sur L’ADN

- Publicité 4 -