Marriott retrouve ses revenus pré-Covid dans la zone Afrique–Moyen-Orient

Avec plus d’une vingtaine d’ouvertures d’établissements prévues au cours des deux prochaines années en Afrique, l’hôtelier américain étend sa gamme dans le tourisme de loisirs.

5
@ credit Four Points Kigali

La zone Moyen-Orient–Afrique est particulièrement dynamique pour la chaîne hôtelière américaine Marriott. Selon les résultats trimestriels rendus publics le 4 mai, le revenu par chambre disponible y a même été supérieur à son niveau pré-Covid au premier trimestre de 2022, avec une hausse de 12 % par rapport à la même période en 2019, alors que la marque enregistre un recul de 19,4 % de cet indicateur à l’échelle mondiale.

Le 22 mars, le groupe a ainsi acté son arrivée sur le segment des safaris de luxe en Afrique en concluant avec Baraka Lodges LTD un accord pour un nouvel établissement en bordure de la réserve nationale du Masai Mara, au Kenya.

Le JW Masai Mara Lodge, qui doit ouvrir en 2023, fera partie de la vingtaine de nouveaux établissements du portefeuille de Marriott prévus sur le continent en 2022 et 2023. Pour Elcia Grandcourt, directrice régionale pour l’Afrique de l’Organisation mondiale du tourisme, les vacances en pleine nature font partie des grandes tendances qui façonnent le tourisme post-Covid.

Deuxième opérateur du continent

Parmi les autres établissements inscrits à court terme dans l’agenda de Marriott, un hôtel Protea de 200 chambres à l’aéroport d’Accra, et le Four Points de Kigali, qui actera l’arrivée du groupe au Rwanda.

Avec 132 hôtels ouverts sous une trentaine de marques, pour un total de 24 550 chambres selon le dernier rapport W Hospitality, le groupe est la deuxième chaîne hôtelière internationale en Afrique, talonnant Accor et ses 25 000 chambres. (…) Lire la suite sur Jeune Afrique

- Publicité 4 -