L’hôtellerie : la consolidation après la crise ?

L’hôtellerie en France est évidemment durement touchée par les confinements successifs et l’arrêt des voyages internationaux : 20% des hôtels sont actuellement fermés et le taux d’occupation ont été en moyenne de 32% en 2020. Néanmoins, les hôteliers espèrent une reprise forte de la fréquentation sur certains segments de marché dès les premiers impacts notables de la vaccination. D’après une étude Deloitte*, le niveau d’activité d’avant crise pourrait être retrouvé entre 2022 et 2024 selon les segments – le redémarrage du tourisme étant attendu plus tôt que celui du business ou de l’évènementiel.

30

La crise actuelle se révèle être un accélérateur de changement. Tout en gérant les urgences, les acteurs du secteur hôtelier sont amenés à engager une transformation profonde de leurs modèles, de leur positionnement, et de leurs structures financières. Dans ce contexte, les hôteliers recherchent des partenaires ou des investisseurs pour accompagner leur mutation et se préparer au rebond : quelles sont les différentes stratégies capitalistiques ou de fusion-acquisition observées chez nos clients aujourd’hui ?

1. Consolidation par la restructuration financière

La crise sanitaire a fragilisé financièrement les hôteliers, notamment ceux qui ne sont pas propriétaires de leurs murs (modèle « asset light »). Malgré les aides de l’Etat et les réductions de loyers accordées par certains propriétaires immobiliers, la sortie de crise pour les plus fragiles passera nécessairement par un renouveau des financements, voire un modèle d’avantage « asset backed ».  Aujourd’hui, c’est ce modèle, plus résilient, que privilégient les banques et les investisseurs spécialisés sur le secteur hôtelier.

2. Consolidation par build-up

Nous anticipons la mise en œuvre par certains investisseurs d’une stratégie de « build-up » s’appuyant sur une plateforme de gestion hôtelière visant à acquérir des hôteliers par transactions successives afin de générer des synergies opérationnelles et financières. Les regroupements ainsi créés constitueront des acteurs plus importants, spécialisés sur des segments de marchés (économique, intermédiaire, luxe…) et des positionnements prédéfinis.

3. Consolidation par le regroupement de modèles complémentaires

Par ailleurs, depuis des années, le secteur hôtelier voit l’éclosion de nouveaux acteurs (…) Lire la suite sur Challenges