Une soixantaine des salariés des hôtels Balzac et de Vigny dans la 8e arrondissement de Paris attendent toujours de recevoir leur paie du mois de mars. “C’est simple, moi j’ai deux enfants en bas âge, je n’ai pas pu payer mon crédit, ni la nounou“, raconte à France Bleu Paris, Stéphane, assistant chef de réception à l’hôtel Balzac. Le père de famille se rend toujours à l’hôtel. Il y travaille toujours à temps plein. “On vit au jour le jour, on vit avec le minimum, c’est ne pas savoir si on peut manger, faire des économies sur la viande, faire des économies sur tout“, témoigne cet employé, désemparé. 

Sa direction, assure-t-il, ne lui a donné aucune information sur le versement de son salaire. Comme à celui de ses collègues. Contacté par France Bleu Paris, le directeur de l’établissement n’a pas voulu répondre à nos questions.

Difficultés financières

Ils (les dirigeants) gagnent du temps, je pense avec l’épidémie de coronavirus“, pense Stéphane. Les hôtels Balzac et de Vigny appartiennent à la société JJW Luxuary Hotels, propriétaire d’un milliardaire saoudien. Mais depuis 2013, un plan de sauvegarde est en place. La société est en proie à des difficultés financières. “Ils nous ont dit qu’il n’y avait pas d’argent, clairement et qu’il devait demander l’accord de la banque pour payer les salaires. Ils nous ont dit qu’ils avaient eu cet accord mais aujourd’hui on n’a toujours pas été payé“, s’inquiète Stéphane.

Le mois à venir va être très dur – Stéphane

On m’a déjà coupé internet et la télévision par exemple parce que mes prélèvements sont rejetés. En plus, ma compagne travaille dans le même hôtel que moi et tous les deux nous nous retrouvons sans aucun revenu“, poursuit Stéphane. Dorénavant, il attend des nouvelles de sa direction sur le paiement des salaires mais il l’assure “il n’y a jamais eu de transparence dans cette entreprise“.