« Les saisonniers, on ne sait pas où ils sont » : les stations de ski face au spectre de la pénurie de personnel

Après une saison hivernale 2020 sans remontée mécanique, les stations de ski s'apprêtent à rouvrir et enregistrent des demandes de réservation importantes. Problème : les saisonniers manquent.

34

Cherche serveurs, cuisinier, vendeur, barman, plongeur, technicien de maintenance, réceptionniste d’hôtel, majordome, chauffeur, femme de chambre, skiman, réceptionniste… Alors que les stations de montagne se préparent à bientôt rouvrir après une saison d’hiver blanche en 2020, les saisonniers manquent, beaucoup ayant quitté la profession à l’occasion de la crise sanitaire.

Du coup, sur les réseaux sociaux, les professionnels multiplient les offres d’emploi afin de trouver la perle rare. « Tout indique que les stations vont enregistrer une très importante fréquentation, mais nous savons également qu’il y aura une très forte pénurie de profils, car plusieurs dizaines de milliers de postes sont déjà ouverts et dans des métiers faciles d’accès », indique Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr, plateforme de recrutement par intérim récemment rachetée par Adecco, qui a dédié son baromètre mensuel d’octobre exclusivement aux emplois saisonniers.

Serveurs, cuisiniers, plongeurs

Parmi les métiers les plus recherchés, « 10 profils se distinguent clairement. Dans le secteur de l’hôtellerie, restauration & tourisme, sont recherchés des serveurs, des cuisiniers, des plongeurs ainsi que des femmes de chambre et des réceptionnistes. Le secteur du commerce est aussi en plein boom à la recherche de vendeurs, de skimen et d’employés en libre-service. Enfin, dans la logistique et la distribution, les préparateurs de commande sont énormément recherchés. Les activités sportives demandent également des profils de techniciens de maintenance, principalement pour les matériels des stations de ski », note Qapa.

Inquiétude

Sur le terrain, Christian André, directeur de la société de gestion des activités touristiques de Risoul, village des Hautes-Alpes perché à 180 mètres d’altitude proche de Briançon, s’inquiète de cette pénurie. « Ce matin, je discutais avec un restaurateur qui envisageait de fermer une terrasse et de fonctionner avec 400 couverts au lieu de 700, faute de trouver des saisonniers. »

On est loin d’être opérationnel. Beaucoup d’entreprises, métiers de bouche et magasins de sport, sont encore dans l’incertitude. Si dans la restauration si vous n’avez pas un cuisinier, un commis, un nombre suffisant de serveurs, c’est impossible de faire fonctionner une salle de 300 couverts. Est-ce que certains secteurs vont réussir à construire un dispositif minimum pour faire la saison ? On a donc quelques craintes.

CHRISTIAN ANDRÉ (directeur de la société de gestion des activités touristiques de Risoul, Hautes-Alpes)

Maire de La Plagne (Savoie) et président de l’association nationale des maires des stations de montagne, Jean-Luc Bloch confirme que la (…) Lire la suite sur La République du Centre

Publicité 4