Les dérives du management de McDonald’s en France : sexisme, harcèlement, agressions sexuelles

32

Une plainte avait déjà été déposée par une coalition internationale de syndicats devant l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) le 18 mai. Les enquêtes de Mediapart et Streetpress viennent confirmer des situations de sexisme, d’agressions sexuelles et de harcèlement moral et sexuel chez McDonald’s. Durant deux mois d’enquête, les deux médias ont recueilli 78 témoignages de salariés dans différents restaurants de l’entreprise. Quarante proviennent du vaste travail de recensement du collectif McDroits, composé de salariés dénonçant le management de la chaîne de fast-food.

Tous décrivent un environnement de travail où la violence professionnelle, souvent sexiste, est systémique, s’invitant jusqu’au siège français du numéro un mondial de la restauration rapide. « Dans le détail, 37 ont subi des harcèlements sexuels (48,7 %), 32 ont enduré du harcèlement moral (43,6 %), qui dans de très nombreux cas a provoqué des dépressions. Neuf racontent des faits qui peuvent être qualifiés d’agression sexuelle (12,8 %) », énumère Streetpress.

L’entreprise a refusé de répondre aux questions de Mediapart et Streetpress. Dans un courriel, la direction commente simplement :

« McDonald’s ne peut cautionner que de fausses accusations soient publiquement proférées envers ses collaborateurs (…). McDonald’s France condamne avec une grande fermeté tous comportements à connotation sexuelle ou sexiste, tous comportements qui porteraient atteinte à la dignité des personnes en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, et tous comportements qui créeraient une situation intimidante, hostile ou offensante. »

Remarques et humiliations

Des dizaines de témoignages font pourtant état de remarques déplacées, d’insultes racistes, grossophobes, sexistes, lesbophobes, transphobes, mais aussi de violences sexuelles graves, énumère Médiapart. Selon plusieurs témoignages, cette culture d’entreprise sexiste et raciste se constate dans l’organisation du travail. « En gros, si tu étais une fille blanche, tu étais en caisse. Si tu étais un homme et racisé, tu étais en cuisine », souligne une salariée.

Un salarié assure que l’insulte « bamboula » était fréquente dans son restaurant. Une autre rapporte avoir été « recrutée pour la taille de [s]a poitrine », citant les propos de son manager. Ayant changé de genre il y a quelques années, Ana se faisait appeler par son nouveau prénom par ses collègues, alors que ses managers employaient volontairement son prénom de naissance masculin. Une salariée dénonce les classements sur le physique réalisés dans certains restaurants à l’arrivée de nouvelles recrues. Sur YouTube, plusieurs anciennes salariées ont pris la parole pour raconter les sempiternelles remarques et humiliations de leurs collègues ou managers.

Dans certains restaurants, les phrases embarrassantes s’accompagnent de gestes déplacés, qui émaillent le quotidien des salariées, comme le raconte une jeune femme de 21 ans, équipière dans un McDonald’s de la région parisienne. « Il se colle à nous. Quand il passe, il frôle souvent mes seins et mes fesses », rapporte-t-elle à Mediapart au sujet de son manager – un récit confirmé par d’autres employés.

De nombreux témoignages font clairement état de harcèlement sexuel ou moral, d’agressions sexuelles et de viols. « Je me retrouve seule avec P. Il me parle de ma poitrine, il me touche les seins, alors que je répète que je ne veux pas et que je le repousse. J’ai peur qu’il se venge de mon refus au travail (…). Puis il se met derrière moi. Il retire ma culotte et il me doigte, toujours sans mon accord. J’étais pétrifiée, je ne voulais pas, je n’arrivais plus à parler », rapporte la salariée, évoquant des faits survenus lors d’une soirée entre membres du personnel.

Plainte aux prud’hommes

Face à ces situations, dont certaines sont remontées à la direction des restaurants concernés, la hiérarchie n’a pris aucune sanction, proposant au mieux aux victimes présumées des mutations dans d’autres restaurants. « A aucun moment je ne me suis sentie protégée, ni par les managers, ni par la directrice », raconte une salariée qui avait fait remonter à la direction les propos et gestes à connotation sexuelle d’un collègue âgé d’une soixantaine d’années.

Bien souvent, ce sont les victimes présumées qui finissent par quitter l’entreprise lorsqu’elles trouvent un autre travail. Les travailleurs qui restent décrivent l’omerta au sein des restaurants, notamment parce que les salariés, souvent précaires, craignent de perdre leur emploi. En janvier 2010, Jeanne, elle, a décidé de porter plainte aux prud’hommes pour « harcèlement moral » contre un de ses collègues, dont elle dénonce les remarques sur son physique et les insultes. Ana, elle, confie n’avoir pas eu la force de saisir la justice : « Ils se payeront un bon avocat et moi je n’ai pas les moyens. »

Au lendemain de la publication de ces deux enquêtes, le groupe McDonald’s France a posté un message sur Twitter, dans lequel il assure « avoir à cœur d’offrir dans [ses]1 490 restaurants un environnement de travail sain, épanouissant et agréable ». Un message accompagné d’une vidéo reprenant les chiffres d’un sondage positif sur l’entreprise. Dans la foulée, le collectif McDroits a publié une réponse regrettant « aucune remise en question, aucun projet, juste des chiffres pour nier les faits ».

Publicité 3