Coaching | 7 clés à destination des leaders pour soutenir la confiance en soi des collaborateurs

Par Stéphanie Roels, auteur - Se sentir pleinement légitime dans ses fonctions, savoir prendre du recul, préserver sa sérénité et son self control, exprimer naturellement ses opinions, s’affirmer avec clarté et aplomb, appréhender les personnalités difficiles avec aisance et assurance ou encore faire face aux changements avec confiance et efficacité sont autant d’aptitudes sous-tendues par la confiance en soi d’une personne.

15

Et nombreuses sont les situations susceptibles de la fragiliser dans l’entreprise, et ce quelle que soit la position hiérarchique de la personne ou la nature de sa fonction : prise de nouvelles responsabilités, mauvaises relations avec son manager ou avec ses collaborateurs, difficultés diverses, etc.

Or, les conséquences d’une perte de confiance en soi sont tangibles et préjudiciables tant pour la personne que pour son organisation : désengagement, inhibition de la parole et de l’action, perte de créativité, résistance aux changements, manque d’écoute, rigidité, rétention d’informations, etc.

Aussi, la confiance en soi des collaborateurs de l’entreprise est un pilier de son capital humain, sa colonne vertébrale : une variable impactant massivement son agilité, sa résilience et sa performance globale.

Voici 7 clés à destination des leaders pour la soutenir :

1.    Limitez à 3 le nombre d’axes de progrès fixés annuellement et à 1 par feed-back.

2.    Confiez à chaque personne, quelle que soit sa fonction, au moins une responsabilité considérée par celle-ci comme valorisante, motivante et challengeante c’est-à-dire située « un pas » hors de sa zone de confort.

3.    Etudiez les échecs comme des feed-back dont on peut tirer des leçons utiles à tous.

4.    Plutôt que de caractériser la personne (« tu es trop …», « tu dois être moins … », etc.), indiquez-lui ce qui est attendu en termes de comportements, d’actions et / ou de livrables, factuellement et de façon contextualisée (« dans cette situation, je te conseille de faire… »). Vous pouvez partager votre point de vue sur la situation mais ne jugez pas la personne et ne cherchez pas à la raisonner (« il faut que tu comprennes que … »).

5.    Amenez la personne qui se sent acculée, en posture de « victime », à se fixer des objectifs concrets dont la réalisation ne dépendra que d’elle, et à prendre la pleine responsabilité de ses choix et de ses comportementsAutorisez-là ainsi explicitement à poser ses limites et à dire non.

6.     Incitez la personne perfectionniste à lâcher prise dans sa quête de maîtrise totale, notamment en soulignant le fait que nous devons accepter d’évoluer dans un environnement incertain dont on ne peut contrôler tous les paramètres.

7-    Exprimez de la reconnaissance, relevez les réussites et formulez des compliments sincères.

Stéphanie Roels, Elysée Coaching

Depuis la création de son cabinet en 2007, Elysée Coaching , Stéphanie Roels accompagne managers et dirigeants avec pragmatisme, justesse, humour et cœur !

« […] mon enjeu est d’apporter ces clés, qui lorsqu’on les connait, permettent de prendre confiance en soi, en son avenir et en sa capacité à y faire face, avec estime et respect pour soi et pour les autres. Aussi, j’ai créé en 2010 le programme ENVOL® pour développer Confiance en soi & Affirmation personnelle, puis, en 2011, le programme EVEIL® pour asseoir Leadership & Charisme.  » Stéphanie Roels, Elysée Coaching

Publicité 4